Archives de Tag: Assurance Maladie

Il était une fois la Sécurité Sociale…

Il flotte dans l’air toute l’atmosphère de Noël, des soirées au coin du feu à conter des histoires… C’est peut-être la raison pour laquelle j’avais envie de parler d’histoire et d’histoires. Il y a quelques mois, je prenais connaissance avec le travail de Cécile Girardin et son intriguante « agence d’écriture ». Entre autres projets passionnés et passionnants (création d’un jeu de l’oie géant, écritures de livres,contes et pièces de théâtre), Cécile a travaillé sur un Storytelling pour la Caisse Primaire d’Assurance Maladie des Deux-Sèvres (Niort).

C’est une initiative de la CPAM que je trouve très intéressante, car c’est ce fil narratif dont les assurés, les citoyens ont besoin pour s’approprier le système et le faire leur. L’interview de Cécile, conceptrice-rédactrice, auteure, directeur artistique, est à ce sujet très engageante… Alors, quelle histoire pour la santé ?

Pour en savoir plus sur cette initiative : lisez la 4e de couverture du livre à paraître…

A trop raconter des histoires, n’oubliez pas de nous raconter la vôtre. Qui êtes vous ? Comment nous expliqueriez-vous le métier de « raconteur d’histoire » ?

Je suis une historienne de l’art qui aime se balader dans les entreprises, aller à la rencontre des salariés et des patrons. J’aime qu’ils me racontent leur vie !

Non, sérieusement, je pense que les choses racontées ont plus d’impact que lorsqu’elles sont simplement énumérées. Le storytelling permet de donner du sens aux évènements. Je ne suis jamais loin de ma formation universitaire d’historienne : le contexte de l’information est important. Mais j’ai cette fantaisie et ce souci du lecteur qui me pousse à tendre vers une écriture dynamique et évocatrice des faits. Un exemple. Le discours des vœux d’un PDG fait partie de mes « sources ». Or redonner dans le livre le texte tel qu’il est n’a pour moi aucun intérêt, puisque tout le monde l’a déjà entendu, enfin pour ceux qui écoutaient… Si le patron parle des projets de l’année future, comme une construction par exemple, je préfère assister à la réunion avec l’architecte. L’impact est différent. Je concrétise les idées en me servant du quotidien de l’entreprise. Parler des idées sans les confronter à la réalité est contre productif. Tout l’intérêt de mes histoires est de lier le monde des idées à celui du terrain.

Vous avez entrepris un storytelling avec la CPAM de Niort… Qu’a-t-on à dire d’une CPAM ?

 

Assurance Maladie, ses valeurs dans un livret - crédit Eric Chauvet

La CPAM de Niort m’a commandé un livre à l’occasion d’un emménagement dans de nouveaux locaux. Comment la Sécurité Sociale s’était-elle installée en 1945 à Niort ? Que sait-on sur les Assurances Sociales en 1930 dans les Deux-Sèvres ? Et avant ces lois, quelle était l’action de l’État en matière de santé ? Mais, encore une fois, au-delà des lois, des faits, comment les choses se sont-elles mises en place sur le terrain ? Une entreprise est faite d’hommes et de femmes, de salariés, d’élus. Qu’ont-ils fait à Niort pour concrétiser cette loi ? Le travail d’historien est considérable, des jours et des jours à lire les délibérations des conseils d’administration de la caisse, à croiser ces informations avec les mutuelles en place… sur le plan local et départemental. Un travail aussi de « journaliste » auprès des salariés d’aujourd’hui et d’hier pour comprendre le sens qu’ils donnent, donnaient à leur mission.

Qu’avez-vous aimé dans ce projet ?

Je suis toujours surprise de l’accueil que l’on me réserve dans les services. Les patrons, directeurs, salariés… ont envie de me parler, ils ont beaucoup de choses à dire sur leur travail, leur mission. Ils y réfléchissent plus qu’il n’y paraît et cela est plutôt une bonne nouvelle ! Et quel enrichissement personnel ! Je l’avoue facilement, le monde de la santé n’était pas un sujet historique que je maîtrisais. Mais j’aime rentrer dans le vif du sujet par une immersion totale, comme une plongée dans les archives ou dans les services. Et puis, après, j’ai l’impression de tricoter, de relier les informations les unes aux autres.

 

Pour vous, de quelle histoire devrait-on égayer le monde de la santé ?

Je crois qu’il manque une histoire simple de la santé ! Le système est complexe et on s’y perd. À tel point que j’ai pu entendre de la part d’assurés que « la Sécu c’est gratuit ! » Remarquez, cet assuré-là, je pourrais le suivre dans sa découverte d’une caisse primaire…

J’ai connu votre travail via un tweet lors de la conférence Health 2.0 Europe. A votre avis, quel fil lie la Sécurité Sociale à ses débuts et aujourd’hui le tournant 2.0 qui s’amorçe ?

En 1945, les conseils d’administration étaient composés pour 2/3 de représentants des salariés et pour 1/3 des représentants des employeurs. En 1947, le 24 avril, ont lieu les premières élections à la Sécurité sociale. Le projet politique ambitionnait la gestion des caisses par les intéressés eux-mêmes. En 2010, je me demande si le Web 2.0 ne peut pas rendre les assurés « intéressés » ?! Soixante-cinq ans ont passé et on mesure l’écart entre « l’instrument de solidarité » (selon une expression de Pierre Laroque, directeur général de la Sécurité sociale de 1944-1951) et notre accoutumance détachée à la formule souvent répétée depuis 1963, « trou de la Sécu ». Le Web 2.0 a cette capacité de mobiliser, de créer du lien, de redonner du sens et d’adopter un ton nouveau. À votre question, quel fil lie ? J’aimerais bien répondre les « intéressés eux-mêmes ».

Et pour nous enchanter un peu, quelle est la mission la plus sympathique que vous avez accompli en storytelling ?

Dans mes propos, j’ai associé le storytelling à l’entreprise, or on m’a demandé de donner une âme à une marionnette géante que des artistes s’apprêtaient à fabriquer pour un quartier défavorisé. J’ai écrit un conte et cette marionnette existe depuis deux ans maintenant, elle s’appelle Galuchette. J’ai travaillé avec un illustrateur pour éditer le livre de conte. J’ai raconté le quartier à travers elle. Elle est aujourd’hui la mascotte du quartier…

<>

Merci  beaucoup Cécile pour cette interview, et très beaux projets pour la suite de votre agence d’écriture ! Chers lecteurs, je vous conseille de lire son site et ses travaux, qui moi me font envie, m’enchantent même et me prêtent à rêver…

http://www.cecile-girardin.fr/

Ce que j’ai aimé : « je suis toujours surprise de l’accueil que l’on me réserve dans les services. Les patrons, directeurs, salariés… ont envie de me parler, ils ont beaucoup de choses à dire sur leur travail, leur mission. Ils y réfléchissent plus qu’il n’y paraît et cela est plutôt une bonne nouvelle ! Et quel enrichissement personnel ! Je l’avoue facilement, le monde de la santé n’était pas un sujet historique que je maîtrisais. Mais j’aime rentrer dans le vif du sujet par une immersion totale, comme une plongée dans les archives ou dans les services. Et puis, après, j’ai l’impression de tricoter, de relier les informations les unes aux autres.
Sécurité sociale et web 2.0  :  en 1945, les conseils d’administration étaient composés pour 2/3 de représentants des salariés et pour 1/3 des représentants des employeurs. En 1947, le 24 avril, ont lieu les premières élections à la Sécurité sociale. Le projet politique ambitionnait la gestion des caisses par les intéressés eux-mêmes. En 2010, je me demande si le Web 2.0 ne peut pas rendre les assurés « intéressés » ?! Soixante-cinq ans ont passé et on mesure l’écart entre « l’instrument de solidarité » (selon une expression de Pierre Laroque, directeur général de la Sécurité sociale de 1944-1951) et notre accoutumance détachée à la formule souvent répétée depuis 1963, « trou de la Sécu ». Le Web 2.0 a cette capacité de mobiliser, de créer du lien, de redonner du sens et d’adopter un ton nouveau. À votre question, quel fil lie ? J’aimerais bien répondre les « intéressés eux-mêmes ».
Publicités

1 commentaire

Classé dans Communication & RP, Maux qui parlent et mots qui soignent

Armageddon en campagne : Les Antibiotiques (1)

A la suite de « 007 », vous connaissez la section A ? C’est la nouvelle Business Unit de l’Assurance Maladie. Ces Ulysse revient du corps humain ont pour objectif de faire de la pédagogie sur le bon usage des Antibiotiques. Ne dites pas « Mission impossible » : la campagne précédente, que personne n’a oublié, a eu des effets très positifs. Ainsi, 40 millions de prescriptions d’antibiotiques ont été évitées depuis 2002, soit l’équivalent d’un hiver de prescription. Mais très vite, sans nouveauté ou réactualisation, l’impact s’efface. 2007 à 2009 enregistrent une nouvelle hausse de la consommation d’environ + 4 % par an. Aujourd’hui, citer ou sous-entendre cette campagne devient un réflexe automatique, pour preuves quelques pages Facebook

A partir de ces chiffres, le défi est de se renouveler du slogan précédent. Pour cela, un nouvel angle a été choisi : celui des résistances, un phénomène en accélération qui a pour conséquence de réduire l’efficacité des antibiotiques. D’où : « Les antibiotiques, si on les utilise à tort, ils deviendront moins forts« . Cet angle s’adresse donc au grand public, avec une importante tonalité « globale » : cela me concerne, mais concerne aussi mon entourage, ce qui est un levier fort pour les parents de jeunes enfants.

La campagne se décline de façon classique : spot TV, insertion publicitaire, RP. C’est le logo de la section A qui me rappelle plutôt Armageddon, et cette mythique scène où les sauveurs du monde entrent en ligne… « L’avion est prêt à partir, j’sais pas si j’pourrais jamais revenir… » Bref. L’univers de la campagne me plait bien, avec cette insertion microscopique dans une chambre d’enfant. Puisant dans l’imaginaire des enfants et leur humour, (version Toy Story qui s’anime la nuit) l’Assurance Maladie se renouvelle au niveau créa. Et avouez que le dinosaure du spot est plutôt impayable. En revanche, il y a une réelle interrogation sur la période de lancement (celle des maillots de bain, pas des grippes hivernales).

On me chuchote dans l’oreille que certains n’aiment pas le script, ni son slogan lexicalement parlant. Je ne pense pas en effet qu’il s’agissse d’un registre  de haut niveau, mais la créa est assez sympa pour qu’on s’y intéresse, d’autant plus qu’elle n’est pas destinée à un public excessivement pointu en ce domaine. Rappellons aussi que la précédente n’était pas non plus extraordinaire, mais elle est restée en mémoire – et c’est le réel objectif.

La campagne s’accompagne de bonnes initiatives d‘infiltration web, à noter car c’est un premier pas pour cet acteur (avec M’T Dents)… Mais c’est également ce que je lui reproche : encore une fois, c’est un média qui a été trop peu ou mal canalisé avec une page Facebook agrémentée de jeux. Reste à faire vivre cette page (ce 21 juin, aucune actualisation depuis le 9)  et laissons-leur un peu de temps avant d’analyser comment le discours est renouvelé pour continuer à recruter de nouveaux fans. Après, j’avoue bien m’amuser sur ces jeux ! L’idée de reprendre quelques connus à l’instar de Guitar Hero est bien sympa, et surtout je suis très agréablement surprise par la pédagogie par les jeux. A la base très sceptique, je trouve le message simple et clair, il passe donc facilement et demeure bien ancré (on ne peut agir que sur les bactéries, et on perd des points contre les virus). Après, la discussion est ouverte, notamment avec Buzz e-santé et Supergélule.

Cette campagne est particulièrement intéressante car annuellement très regardée et attendue dans les campagnes santé régulières. C’est un plus grand enjeu encore tous les trois pour les agences, puisqu’elle existe déjà depuis 2002 – en marché public triannuel.

p

Agence : TBWA Corporate pour la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (Cnamts)

Pour rappel : le slogan « les antibiotiques, c’est pas automatique », a été porté pour l’Assurance Maladie (Cnamts) par Australie et i&e.

Déclaration de conflit d’intérêts : Le commanditaire de cette campagne est mon employeur, mais vous invite à relire mon à-propos qui le désengage de mes écrits. De plus, je n’ai pas travaillé en amont de cette campagne. Remarquez, j’aurais bien aimé être engagée exclusivement pour battre des records à ces jeux et vous inviter à m’y rejoindre … ;-)

Lire la suite, « Parlez-en avec votre médecin » : Les Antibiotiques (2)

Poster un commentaire

Classé dans Communication & RP, Web Santé