Archives de Tag: Web

Pièces Jaunes : le geste au centre de la campagne

Aujourd’hui est le dernier jour pour remettre votre tirelire ! Quelle tirelire ? Celle des Pièces Jaunes, qui revient en janvier comme la rentrée scolaire en septembre

Pour la 22e année consécutive, du 5 janvier au 12 février, la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France lance cette campagne ludique et pleine de succès, pour financer des projets d’amélioration des conditions de vie des enfants et adolescents hospitalisés.

Les Pièces Jaunes, c’est aussi une opération annuelle comme il y en a beaucoup dans la Santé (les Parcours du Coeur par exemple) ou dans l’associatif (de type le Téléthon ou Sidaction). Une des opérations qui marchent et plaisent, certainement parce qu’elle est simple et s’adresse tout simplement aux enfants pour les enfants.

22 ans, c’est une affaire qui roule ! Pourtant, nouveaux dispositifs et racines populaires de la campagne se mêlent et tracent un événement hybride.

On aime :

  • La valeur source de cette campagne de don n’a jamais changé : le geste à la fois généreux et ludique pour les enfants, de construire sa tirelire, la remplir, la déposer dans des points de collecte et… peser la somme ainsi récoltée !
  • inaugurés l’année précédente, une véritable présence en ligne de la campagne (Facebook, Twitter, …)
  • la volonté de modernisation de la communication
  • une campagne de partenariat époustouflante
  • un nouveau dispositif de paiement en ligne avec Price Minister
  • Tellement connu que ses RP sont du pain béni pour les consultants chargés de le communiquer (même s’il faut trouver à les renouveller), et pour la presse un marronnier. Trop peut-être, comment le renouveller ?

On aime moins :

  • le dessin des personnages « Pile et Face », (trop) carrés
  • Des parrains (Christian Karembeu et Lorie) quelques peu entrés dans l’ombre. (Je me souviens d’une opération chez moi avec Elodie Gossuin…)
  • Le train pièces-Jaunes, un peu old school, dont on parle beaucoup moins depuis que les tours de France ferrés sont devenus si courant : Coca Cola, Alzheimer, …
  • 22 ans de parrainage de Mme Chirac, marraine historique moins politique maintenant, ce qui fut pourtant critiqué, mais qui efface une part de visibilité à la Fondation HPHF

C’est une campagne qui a fait ses preuves et qui fonctionne, d’où peut-être sa difficulté à se renouveller sans perdre son essence. Il lui manque pourtant un soupçon de modernité, des actions peut-être plus proche des enfants d’aujourd’hui, à faire avec la nouvelle génération de parents. L’innovation peut conserver, en son centre, le coeur de cette campagne : le geste de don.

Un dernier mot : merci, pour le monde de l’hôpital et pour les enfants et adolescents pouvant bénéficier des actions de la FHP-HP ! Maintenant, courrez dans votre bureau de Poste, déposer la tirelire avant sa fermeture, à défaut de devoir attendre l’année prochaine…

Agence : Publicis Consultants | Net Intelligenz
Quelques sources : Le guide santé pour le bilan des campagnes, My Community Manager pour une explication de la campagne marketing et bien sûr www.piecesjaunes.fr !

3 Commentaires

Classé dans Communication & RP

Les listes du lundi : B+A=BA des listes…

Le lundi annonce une semaine bien difficile. Ecrasés sous la tâche des choses à faire, la semaine parait longue (mais non moins sympathique !). Et pour ne rien oublier, comme tous, on fait des listes. La To-do liste, pour les hypes du vocabulaire franglais. Les listes de choses à faire, de choses drôles, de choses qui nous attendent, les listes de principes, les listes d’idées… Et la liste du lundi.

<>

Lundi 22 novembre 2010Quelques outils pour bâtir une to-do list !

Je publie peu en ce moment, et je ne vous ferais pas l’offense de vous donner des raisons de surbooking…  Mais puisque l’emploi du temps est plein, je ne me passe plus des listes de choses à faire. Pour assurer à cette activité un niveau de production taylorienne, j’ai testé pour vous quelques outils…
  • Papier et crayon : Indétrônable, particulièrement utile hors bureau, sur le calepin moleskine traîné dans son sac à main – la poche de revers de veste. Mais à force de râtures, elle devient rapidement peu claire, et il faut en écrire une autre. D’où ma recherche de logiciels dans cette tâche industrielle !
  • Bloc-Notes d’un outil à clavier (smartphone, Ipad, …) : peut être écrit n’importe où. Mais aucune possibilité de rangement, et je perds très vite la page qui m’importe.
  • Un coffret à offrir : L’Art des listes, Simplifier, organiser, enrichir sa vie – Dominique Loreau, aux éditions Marabout (merci Alexia !) Pour apprendre à faire des listes, ou donner de nouvelles idées de listes.
  • Google Agenda : Il a le très grand avantage de prévoir d’avance les plages de temps pour effectuer les tâches en attente, et envoie des rappels. Mais peu de possibilité de classer par projet, par tâches, d’en avoir un aperçu global, etc…
  • Remember the Milk : Un conseil avisé de J-F Girmens, qui se synchronise sur Iphone et Androïd (gratuite). Et j’aime la vache. Mais la gestion des tâches et la vision globale est peu pratique sur le web – peut être devrais-je réessayer directement sur la version mobile.
  • Nirvana HQ : Encore en version bêta, je suis actuellement en train de le tester. Je trouve très pratique sa gestion des tâches par projet, avec un menu très visuel. Mais je n’ai pas encore eu le temps de tester toutes ses fonctionnalités, et je regrette qu’il n’y ait pas d’appli mobile. Leur fil twitter parle beaucoup de leurs évolutions. Je vous en dis plus bientôt ?(une source de @vaol)
  • Sur un tout autre modèle, que je n’ai pas testé mais avec une fière démonstration de @r3trofitted, Epic Win (gratuit sur Iphone) vous automotive à remplir vos missions en accordant à chacune d’elle un certain nombre de points… automatiquement gagnés lorsque la tâche est effectuée !
  • Au final, je suis à la recherche d’un outil simple et très graphique, qui me permette à la fois une vision très claire des prochaines étapessur de nombreux projets (pourquoi pas version diagramme ?) et me rappelle régulièrement ces tâches à faire.

Si vous avez d’autres aides pour bâtir une liste, je suis très intéressée ! A lire également sur le sujet : le blog http://www.43folders.com/

Une chose est certaine : rien ne remplacera le plaisir suprême de rayer a mano une ligne de sa liste que l’on vient d’effectuer !

<>

Sur cette liste, je vous souhaite une très belle semaine !

Listement vôtre,

le Blogule rouge

1 commentaire

Classé dans Les listes du lundi

Le Guide du Routard du web

Peut-on être un touriste sur le web ?

Le web peut-il être considéré comme un grand pays à découvrir ?

 

Je vois bien le Blogule avec ce type de logo...Un bonhomme du routard, qui porte la toile sur son dos.

 

« Trop d’information tue l’information » dit le Mammouth Géant. Avec raison. Sur le web, peu de gens savent sur quel site se rendre. Peut-on imaginer un guide des bons coins du web ? Tout à fait !

Le Blogule a imaginé pour vous cette semaine une idée… bizarre. Pas très originale, pas très futée peut-être, déjà existante sinon mais… pourquoi pas ? C’est : un Guide du routard du web. Alors, quelles recommandations ?

  • Que visiter ? C’est la partie la plus importante du guide. Par monuments, comprenez : sites. Des sites drôles, des sites sympa, … bref,  quelques listes de site à voir (dont la liste du Blogule de lundi prochain !). Mais également des sites instructifs, l’excellent Knowtex par exemple, ou les archives du web…
  • Où dormir, où manger, où prendre un verre ? Il s’agit des extras, et des lieux où l’on discute. Twitter, Facebook, … L’essentiel ludique du 2.0 avec des recommandations d’utilisateurs plutôt que de cafés ou de menus !
  • Dans la partie historique et culturelle, bien sûr la naissance et l’évolution du web. avec plein de chiffres et d’infographies. Mais également des usages (comme le Blog Action Day, ou le Quit Facebook Day), des liens des Web Star et des Star sur le web
  • Un glossaire évidemment : Pour bien décrypter les fiches techniques (java, proxy, flash,…), et les discussions des internautes (Lol, IMHO, et autre vocabulaire geek)
  • Et pour le plaisir, n’oublions pas une partie « Santé », essentielle quand on visite un pays pour éviter la tourista digitale et reposer ses yeux, savoir à quoi repérer une pharmacie… non pas une croix verte ou un A rouge, mais un sceau HON cette fois !
  • Quel format ? Web, bien sûr. Ainsi qu’une application mobile, essentielle, et un widget sur son navigateur web.
  • Quelle sélection ? Collaborative pour sûr. Avec un filtre pour éviter trop de monuments sans intérêt…

Et toi, cher lecteur, qu’indiquerais-tu sur ton Guide du routard du web ?

N.B : ce post a peut-être été influencé par un départ imminent hors des frontières françaises. Je ne pourrais donc pas vous répondre ou modérer vos commentaires pendant quelques jours, mais des posts vous attendent dans les jours qui viennent.

Poster un commentaire

Classé dans Blogulations, Web Santé

Les listes du lundi : Analyse de 140 caractères

Le lundi annonce une semaine bien difficile. Ecrasés sous la tâche des choses à faire, la semaine parait longue (mais non moins sympathique !). Et pour ne rien oublier, comme tous, on fait des listes. La To-do liste, pour les hypes du vocabulaire franglais. Les listes de choses à faire, de choses drôles, de choses qui nous attendent, les listes de principes, les listes d’idées… Et la liste du lundi.

<>

Lundi 19 juillet 2010 – Qu’est-ce qu’un tweet ? Analyse par fragments de ces 140 caractères.

Dis moi comment sont formulés les tweets de ta timeline et je te dirais ce que tu lis :

  • L’expéditeur : évidemment dépositaire de sa propre crédibilité sur le sujet
  • Une mention, c’est à dire une réponse (message dont la mention @destinataire précéde le tweet), un message « privé » (le tweet se termine par « cc @destinataire »), un RT (redire ou re-tweeter ce qu’un autre a dit) ou une inspiration d’un tweet précédent (« via @quelqu’un »). A noter : le débat sur le « via ». Pour moi, il ne doit arriver que si seul le lien a été conservé, si le tweet est exactement similaire, c’est s’en approprier le ton, non… Dans le cas d’une mention, retrouver la discussion peut être ardue à moins d’un bon client tel Tweetdeck, Seesmic ou Hootsuite. On aime l’interaction et les débats, c’est le but des médias sociaux. Mais avouons-le : trop de messages pour une personne rendus publics tuent l’intérêt du twitterer, surtout quand le statut sent la « private joke » à plein nez… à moins d’une tentation voyeuriste !
  • Un lien : il est toujours plus intéressant de s’appuyer sur d’autres sources, ou des explications plus conséquentes
  • La taille du tweet : clair, court, concis, direct : on aime, et c’est plus facile à retweeter.
  • Le ton du tweet : donne-t-il juste le titre du sujet ? ou crée un « suspense » qui donne envie de cliquer ? S’amuse ou reste pro ? etc, etc.
  • La présence d’un hashtag : rattache le lien à une discussion,
  • La présence de plusieurs hashtags : ponctue soit un tweet exceptionnel, soit révélateur d’une autopromotion non dissumulée (à plus de 3 hashtags)
  • L’appartenance au trending topic : se voit par la présence du hashtag correspondant, eg :  #FF, #jeudiconfession, #MusicMonday #WTF ou plus évènementiel comme #quatremotsavantlamort et #paullepoulpe. Ca a le chic d’appartenir à l’air du temps… ou de prendre part au jeu !
  • L’autopromotion : énervant au plus haut point par son manque d’humilité. C’est le RT de son propre tweet par d’autres comptes que l’on administre, ou pire encore, le tweet d’un lien vers son site personnel depuis un compte que l’on administre mais ne porte pas notre nom. Toléré quand l’usage en est exceptionnel uniquement.

Sur cette liste, je vous souhaite une très belle semaine.

Listement vôtre,

le Blogule rouge

Poster un commentaire

Classé dans Deux POINT Zéro, Les listes du lundi

Armageddon en campagne : Les Antibiotiques (1)

A la suite de « 007 », vous connaissez la section A ? C’est la nouvelle Business Unit de l’Assurance Maladie. Ces Ulysse revient du corps humain ont pour objectif de faire de la pédagogie sur le bon usage des Antibiotiques. Ne dites pas « Mission impossible » : la campagne précédente, que personne n’a oublié, a eu des effets très positifs. Ainsi, 40 millions de prescriptions d’antibiotiques ont été évitées depuis 2002, soit l’équivalent d’un hiver de prescription. Mais très vite, sans nouveauté ou réactualisation, l’impact s’efface. 2007 à 2009 enregistrent une nouvelle hausse de la consommation d’environ + 4 % par an. Aujourd’hui, citer ou sous-entendre cette campagne devient un réflexe automatique, pour preuves quelques pages Facebook

A partir de ces chiffres, le défi est de se renouveler du slogan précédent. Pour cela, un nouvel angle a été choisi : celui des résistances, un phénomène en accélération qui a pour conséquence de réduire l’efficacité des antibiotiques. D’où : « Les antibiotiques, si on les utilise à tort, ils deviendront moins forts« . Cet angle s’adresse donc au grand public, avec une importante tonalité « globale » : cela me concerne, mais concerne aussi mon entourage, ce qui est un levier fort pour les parents de jeunes enfants.

La campagne se décline de façon classique : spot TV, insertion publicitaire, RP. C’est le logo de la section A qui me rappelle plutôt Armageddon, et cette mythique scène où les sauveurs du monde entrent en ligne… « L’avion est prêt à partir, j’sais pas si j’pourrais jamais revenir… » Bref. L’univers de la campagne me plait bien, avec cette insertion microscopique dans une chambre d’enfant. Puisant dans l’imaginaire des enfants et leur humour, (version Toy Story qui s’anime la nuit) l’Assurance Maladie se renouvelle au niveau créa. Et avouez que le dinosaure du spot est plutôt impayable. En revanche, il y a une réelle interrogation sur la période de lancement (celle des maillots de bain, pas des grippes hivernales).

On me chuchote dans l’oreille que certains n’aiment pas le script, ni son slogan lexicalement parlant. Je ne pense pas en effet qu’il s’agissse d’un registre  de haut niveau, mais la créa est assez sympa pour qu’on s’y intéresse, d’autant plus qu’elle n’est pas destinée à un public excessivement pointu en ce domaine. Rappellons aussi que la précédente n’était pas non plus extraordinaire, mais elle est restée en mémoire – et c’est le réel objectif.

La campagne s’accompagne de bonnes initiatives d‘infiltration web, à noter car c’est un premier pas pour cet acteur (avec M’T Dents)… Mais c’est également ce que je lui reproche : encore une fois, c’est un média qui a été trop peu ou mal canalisé avec une page Facebook agrémentée de jeux. Reste à faire vivre cette page (ce 21 juin, aucune actualisation depuis le 9)  et laissons-leur un peu de temps avant d’analyser comment le discours est renouvelé pour continuer à recruter de nouveaux fans. Après, j’avoue bien m’amuser sur ces jeux ! L’idée de reprendre quelques connus à l’instar de Guitar Hero est bien sympa, et surtout je suis très agréablement surprise par la pédagogie par les jeux. A la base très sceptique, je trouve le message simple et clair, il passe donc facilement et demeure bien ancré (on ne peut agir que sur les bactéries, et on perd des points contre les virus). Après, la discussion est ouverte, notamment avec Buzz e-santé et Supergélule.

Cette campagne est particulièrement intéressante car annuellement très regardée et attendue dans les campagnes santé régulières. C’est un plus grand enjeu encore tous les trois pour les agences, puisqu’elle existe déjà depuis 2002 – en marché public triannuel.

p

Agence : TBWA Corporate pour la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (Cnamts)

Pour rappel : le slogan « les antibiotiques, c’est pas automatique », a été porté pour l’Assurance Maladie (Cnamts) par Australie et i&e.

Déclaration de conflit d’intérêts : Le commanditaire de cette campagne est mon employeur, mais vous invite à relire mon à-propos qui le désengage de mes écrits. De plus, je n’ai pas travaillé en amont de cette campagne. Remarquez, j’aurais bien aimé être engagée exclusivement pour battre des records à ces jeux et vous inviter à m’y rejoindre … ;-)

Lire la suite, « Parlez-en avec votre médecin » : Les Antibiotiques (2)

Poster un commentaire

Classé dans Communication & RP, Web Santé

[Brève] HON : La boucle est bouclée

Vu ce jour sur Facebook, 10h03

J’ai bien ri devant mon wall Facebook ce matin…

Réconciliation ? Fin d’un buzz pour buzzer ? Arguments convaincants ? Veille ? Bilan de la semaine à thème HON : plusieurs articles de blogs dans notre microsphère web-santé, pas de reprise à ma connaissance du logo antiHON, les contributeurs sur le forum de Atoute sont assez peu, 2 tweet-ups sur le sujet #hcsmeu et #health20fr assez peu concluants, et aucune réaction de HON (parce que pas nécessaire ?) mais la mise en valeur de son fil Twitter.

En tous les cas, il me semble qu’il n’y a pas grand chose de plus à dire que cette image…

<>

A visiter : la page Facebook Health On the Net Foundation

5 Commentaires

Classé dans Brèves, Web Santé

HONcode et Wikio m’a tuer

Agitée, la touittosphère ce matin !

Au menu, deux petites bombes négligemment lâchées dans l’actualité. Enfin, un peu plus avec celles-ci.  La première, c’est le fameux nouveau classement Wikio, qui incorpore les tweets dans l’algorithme des rétroliens. La seconde, c’est un billet de Dominique Dupagne : « J’arrête la certification HON Code » , par lequel il retire la certification HON de Atoute et appelle à boycotter ce code.  Puisque j’ai déjà couplé ces deux sujets dans un précédent post, je ne me gêne pas pour le refaire  et tenter de vous résumer ce qui s’est dit et ce que j’en pense.

  • HON Code :

<>

Dans le billet qui mis le feu aux poudres, Dominique Dupagne annonce retirer de son blog la certification HON, principalement parce qu’il n’en trouve pas ou plus les critères pertinents. En sus, une rumeur de certification prochaine de Doctissimo, et la connaissance évidemment plus grande de Google que de HON qu’a le public pour lequel il est destiné.

HON : un label reconnu par la sphère santé mais critiqué lors de messes basses.

Je ne suis pas très étonnée par cette annonce, les critiques contre HON commençaient à courir sous le manteau, depuis elles sont dites plus franchement. Mais Dominique Dupagne nous fait ça un peu entre la poire et le fromage, une version entre « j’arrête de fumer » et « Travailleurs, mobilisez-vous ». D’un côté, c’est le type d’initiatives qui ne pouvait venir que de lui, de l’autre c’est étonnant de la part d’un pionnier du Web Santé. Est-ce vraiment une bombe ? Oui, car enfin ces reproches sont exprimés en public, et libère la parole de tous ceux qui n’en pensaient pas moins. Mais nous ne le saurons vraiment qu’en regardant les retombées qu’aura Dominique Dupagne (auxquelles je m’empresse de participer, ainsi que Denise). Quels seront les sites qui, d’une, oseront se retirer de la certification HON, et de deux, oseront arborrer ce magnifique logo de lutte contre HON que nous propose Dominique ? Pour ma part, le Blogule n’est pas (encore) certifié, mais je considère cette certification comme une obligation que je dois à la sphère santé, même si je sais qu’elle ne suffit pas à mesurer la pertinence des publications et mon niveau d’exigence.  (Oooops, je viens de griller mon obtention de la certification là ;-) !)

L’obligation d’éthique aux sites santé

Comme le touittait justement David (@Philapharm, du blog du même nom), il ne faut pas faire table rase du colossal travail qui a été effectué par la Fondation Health On the Net. Ce code n’est pas et ne doit pas être considéré comme un certificat de qualité, mais une assurance du respect de 8 principes, dont je priorise celui de la transparence. HON a ainsi permis d’obliger de nombreux sites santé, notamment ceux des laboratoires pharmaceutiques, à afficher clairement le commanditaire. Mais, trop peu nombreux sont ceux qui lisent les mentions légales, et il devient presque trop facile d’obtenir cette certification. En même temps, peut-on refuser aux sites créés par des labos d’être de qualité ? Ils le sont souvent bien plus que d’autres sites grand public. Et pour répondre à M. Dupagne, de toute façon, presque chaque action et communication des associations en santé est financée par les entreprises pharmaceutiques. Cet état de fait est tellement ancré dans les moeurs que quasiment, il n’y a plus besoin de le spécifier, surtout que les associations elles-mêmes ont des modalités d’association tellement précises qu’un laboratoire a du mal à en ressortir une plus-value, surtout sur la scène publique.

Dépasser la question pour ou contre HON pour s’intéresser à des améliorations

Cependant, il me semble que HON a été très vite dépassé par le développement de la santé sur le web. Déjà, par le nombre toujours grandissant de sites santé. Ensuite, par le 2.0. A priori, j’ai déterminé quatre grands enjeux, mais ai pu en oublier :

(1) la connaissance de HON. Tant que le grand public, auquel il est destiné à la base, sera incapable d’identifier ce code, toute initiative d’éradication sera caduque, mais surtout HON ne pourra pas développer son importance.

(2) la définition  du code de certification. Aujourd’hui, il n’y a qu’un seul et même code pour tout ce qui parle de santé. Et pourtant, peut-on classer sur le même plan un site et un blog, ou un forum (sisi, ça viendra, si Doctissimo s’y met… oui, là je soupire VRAIMENT). Et de façon plus générale, cela permet de préciser certains principes tout en envisageant la certification de nouveaux supports : applications mobiles, pages Facebook, serious games, mailings, fils Twitter,… Je fais d’ailleurs toujours beaucoup plus attention à la présence ou non d’une certification si je suis sur un site que sur un blog où elle m’importe moins. Des critères de différenciation, même entre les sites, pourraient être développés. Malheureusement, cela implique encore plus de travail (et donc davantage de financements nécessaires).

(3) le postulat de départ concernant la connaissance que le public a de la santé. L’intelligence collective semble légèrement biaisée en santé. L’outil Partage et Sélection de HON (d’ailleurs, ce ne serait pas plutôt Sélection et Partage ? Bref.) part du principe de l’intelligence collective, et c’est ce qu’expliquait Célia Boyer, présidente de la fondation, à la conférence Health 2.0. L’outil est ambitieux, donc enthousiasmant. Malheureusement, il semble soumis à quelques erreurs que Grange Blanche souligne ici et ici pour la suite.

(4) Les principes HON 2.0. Ils sont visibles ici, mais gagneraient à être réétudiés et précisés pour mieux correspondre aux enjeux du participatif et du social.

Alors, ce billet, une bombe ou une aiguille dans une botte de foin ?

Si l’initiative d’Atoute n’est reprise que sur des blogs, elle restera minime, même si c’est là « où l’on parle ». Pareillement, y’a-t-il uniquement des liens vers les 3 posts sur le sujet, où y-aura-t’il d’autres réactions ? Et même, la Fondation HON réagira-t-elle, alors que l’on connait la propension qu’ont les blogueurs à croîre qu’ils tiennent « le bad buzz de l’année ». Somme toute, il ne s’agit pour l’instant que du retrait de la certification HON de Atoute ; alors qu’il est très simple de mentionner d’autres plate-formes santé de qualité, mais non certifiées HON. Le blog de Supergélule en est un parmi d’autres. Si je travaillais à la comm’ de la Fondation, et dans ce cas de crise, je ne réagirais pas encore, mais observerais attentivement les réactions et leur évolution, une réponse toute prête à portée de clic « au-cas-où » (mais à 3 posts, là, je commence à m’inquiéter héhé). Et tant qu’HON n’aura pas répondu, le bruit peut s’éteindre très vite.

Et vous, comment réagissez vous à ces accusations du HONcode ?

  • Wikio :

Un second sujet qui a bien occupé les discussions. Depuis le classement de Wikio de mai (publié en exclusivité sur le Blogule), l’algorithme a été revu pour intégrer les tweets au même titre que des rétroliens. Résultat, en juin le classement est méconnaissable. Si certains blogueurs ne comprennent pas cette perte de place (ou juste l’éjection du classement), d’autres adresses ont fait un bond spectaculaire. D’où des commentaires très nombreux sur le thème « on s’en fiche du classement, mais quand même, je suis très concerné par mon changement de place »… Pour ma part, je trouve l’initiative intéressante, surtout avec l’assurance de l’arrivée dans l’algorithme des liens partagés sur Facebook (à quand les autres réseaux sociaux, Delicious, Buzz et Digg en tête ?). Et principalement, je commence à me réconcilier avec le classement, car je reconnais de plus en plus ma propre sélection (et vision) de la blogosphère santé.

  • Quel est le lien ?

Comme je ne voudrais pas jeter les mammouths avec l’eau du bain, (vous savez ces bébés mammouths géants qui se perdent facilement dans des environnements un peu soukiens…), je voudrais revenir sur le lien, outre temporel, entre ces deux discussions.

Deux choses. D’abord, ce sont tous deux des classements de site, même si les critères sont différents. Le premier impose des règles de contenu, le second ne se préoccupe que de l’influence de ladite adresse. Eh oui, même sur un canal (le web) sur lequel on souhaite la liberté et la fin des classements, l’être humain invente des moyens de classer, ou de faire des listes (et pas que le lundi), et recherche parmi eux l’excellence.

D’autre part, parce que je reviens, encore et toujours sur ce classement couplé HON/Wikio de Jean-François Giermens. J’avais dit l’initiative intéressante, et aimerait compléter avec l’intelligence de son post scriptum : les blogs qui ne sont pas certifiés mais que je lis quand même.

S’il y a réaction, cette histoire pourrait enfin donner un nouveau rebond à HON, mais également apprendre à ses acteurs à plus nuancer leurs propos : répondre aux critères HON est pertinent, mais ne se suffit pas à lui-même, tout comme il ne détermine pas seul la qualité d’un site. Peut-être aussi que l’on a trop attendu du HONcode face à une tâche colossale de tri d’informations santé sur le web, alors que ce n’était pas sa tâche de guider un internaute vers une information de qualité, mais plutôt d’assurer un certain respect sur les sites. Pour la première tâche, je vous renvoie vers Webicina, ou vers des annuaires de sites en ligne. Qu’en pensez-vous ? Comptez-vous garder votre certification, ou faire savoir votre refus de ce code ?

10 Commentaires

Classé dans Web Santé