Archives de Tag: Culture G(lobule)

Charlatans littéraires

Parmi les caractères populaires du médecin (vu la suite, je devrais dire « du pseudo-soignant ») il y a la figure itinérante du charlatan et de ses élixirs maison. Commercial génial, marketeur surdoué qui sait saisir les tendances du jour et maîtrise la culture populaire, menteur pathologique et homme sans attache, il est adulé par le peuple qui souhaite le voir soulager ses souffrances et méprisé par les représentants de la loi et les scientifiques. Voici quelques charlatans si connus, qu’ils en sont devenus sympathiques :

Le charlatan romantique

Dulcamara, in L’élixir d’amour – Gaetano Donizetti (acte 1, scène 5)

Dans cet opéra du début du 19e siècle, le jeune paysan Nemorino, désespérèment amoureux d’Adina, fait appel au savoir du vendeur ambulant Dulcamara pour obtenir l’élixir d’amour de Tristant et Yseult et conquérir sa belle. Voici donc la présentation du personnage par lui même (on n’est jamais mieux servi…). Écoutez le morceau ici.

DULCAMARA                                                DULCAMARA

Udite, udite, o rustici                                 Ecoutez, écoutez, ô gens du pays;

attenti, non fiatate.                                      prêtez l’oreille, retenez votre souffle.

Io già suppongo e immagino                   Je suppose et j’imagine

che al par di me sappiate                          que vous savez aussi bien que moi

ch’io sono quel gran medico,                  que je suis l’illustre médecin,

dottore enciclopedico                               l’encyclopédique docteur

chiamato Dulcamara,                                 nommé Dulcamara,

la cui virtù preclara                                    dont la vertu éclatante

e i portenti infiniti                                        et les innombrables merveilles

son noti in tutto il mondo                         sont connues de tout l’univers

e… e in altri siti.                                            et … et … et d’autres lieux.

Benefattor degli uomini,                           Bienfaiteur des hommes,

riparator dei mali,                                       réparateur des maux,

in pochi giorni io sgombero                    en peu de jours je vide,

io spazzo gli spedali,                                    je débarrasse les hôpitaux,

e la salute a vendere                                   et je vais par le monde entier

per tutto il mondo io vo.                          vendre la santé.

Compratela, compratela,                         Achetez-la, achetez-la,

per poco io ve la do.                                    je vous la donne pour presque rien.

[…]

Ei move i paralitici,                                    Il fait marcher les paralytiques,

spedisce gli apopletici,                             expédie les apoplectiques,

gli asmatici, gli asfitici,                             les asthmatiques, les asphixitiques,

gl’isterici, i diabetici,                                 les hystériques, les diabétiques,

guarisce timpanitidi,                                 il guérit les typaniques,

e scrofole e rachitidi,                                les scrofuleux et les rachitiques,

e fino il mal di fegato,                                et jusqu’au mal de foie

che in moda diventò.                                tellement à la mode de nos jours.

Mirabile pe’ cimici,                                    Merveilleux pour les punaises,

ùirabile pel fegato,                                     merveilleux pour le foie,

[…]

quanto vale la bottiglia?                          Combien la bouteille? Hein

Cento scudi?… Trenta?… Venti?          Cent écus? Non. Trente? Non. Vingt?

No… nessuno si sgomenti.                      Que personne ne se décourage.

Per provarvi il mio contento                 Pour montrer mon contentement,

di sì amico accoglimento,                       d’un accueil si amical,

io vi voglio, o buona gente,                    je veux, ô bonnes gens,

uno scudo regalar.                                     vous donner un écu.

CORO                                                                LE CHOEUR

Uno scudo! Veramente?                          Un écu! Vraiment?

Più brav’uom non si può dar.              On ne peut trouver plus brave homme

Dans la mise en scène, très moderne, à laquelle je viens d’assister, Dulcamara présentait ses élixirs et produits avec forces effets marketing. Un écran publicitaire en arrière plan, tout à fait type Power Plates ou Chirurgie esthétique renforçait fortement la dichotomie marketing et produits de santé, ce qui n’est pas sans mettre en abyme de nombreuses problématiques d’actualité, et fait réfléchir sur la vente de produits santé et bien-être aujourd’hui.

Le charlatan du Far West

Docteur Doxey, Lucky Luke – Moris et Goscinny

Dans L’Elixir du Dr Doxey, le lonesome cow-boy le plus populaire des solitaires rencontre un peu trop à son goût un charlatan sans scrupule, parcourant l’ouest et apportant à ses habitants un élixir miracle…

Les charlatans modernes

Et pour vous, qui sont les charlatans modernes ? On a tous reçu ce type de publicité dans nos boîtes aux lettres :

A votre avis ? Des services de vente de produit « bien-être » ? Des sites de vente illégales de médicaments trop souvent trafiqués ?

Publicités

5 Commentaires

Classé dans Maux qui parlent et mots qui soignent

Commedia dell’arte : le médecin masqué

Il est l’heure de se remettre au travail et à l’écriture des nombreux sujets qui appellent un billet. Le Blogule a profité de ses vacances d’été pour se refaire une beauté… Voici un article très spécial pour illustrer sa nouvelle identité graphique et mieux comprendre sa référence aux représentations médicales à travers les siècles et les scènes.

<p>

La commedia dell’arte est le théâtre populaire italien tel qu’il était joué en Italie, à partir du XVIe siècle. Farces, burlesque, mimiques, pitreries et  bouffonneries, demandez le programme !

Les troupes de comédiens voyagent de ville en ville, au gré des accueils et des représentations données sur leurs tréteaux. Les discours sont cesse renouvelés suivant l’improvisation qu’inspire le lieu, les circonstances, le temps… et sont agrémentés d’abondants et irrésistibles jeux de scène. (Pour avoir un aperçu des pièces de la commedia et de leur énergie, rendez-vous un soir aux représentations données par le Théâtre de la Comédie Italienne à Paris). A chaque comédien selon son caractère correspond un personnage stéréotype. Car la commedia est aussi une sévère caricature humaine et sociétale.

La variété de personnages, ingénieux héros, fourbes vieillards ou jeunes premiers est appréhendée avec des stéréotypes, véritables images d’Epinal à l’italienne. Ainsi, le très connu Harlequin (valet bon vivant) et son opposé Scaramouche, les vieillards Pantalone (amoureux d’une jeune fille) ou le médecin, les soldats tel le brave Matamore, les amoureux à l’instar de Colombine. Ces rôles ne vous rappellent-ils rien ?

La version italienne du médecin a fortement inspiré sa représentation par Molière, qui a partagé avec les « Comédiens Italiens du Roi » une salle de théâtre parisienne. « Il Dottore Balanzone« , Docteur de la commedia, personnage prétendumment savant, symbolise le pouvoir intellectuel et l’esprit. Physiquement gêné par un embompoint certain, il porte un masque qui lui cache la moitié du visage seulement et ne manque pas de porter les traits rougeâtres d’une addiction à la boisson alcoolisée. Il représente l’université et ses collèges d’astronomie, de droit, ou de médecine. Mais son apparence savante n’est que feinte, et le ridicule le gagne dès qu’il veut parler de sciences et utilise à cette fin un latin « de cuisine », révélant son ignorance.

Quand le Docteur parle, on doute

Si c’est latin ou bas breton :

Et souvent celui qui l’écoute

L’interrompt à coups de bâtons.

Il existe dans la grande variété des masques et de la Commedia un second modèle, au bec allongé. C’est celui du Médecin de la peste « Il Medico della Peste ». Pour se prémunir contre l’épidémie ramenée d’Asie, gagnant Gênes puis Venise en juin 1348, des plantes aromatiques aux propriétés désinfectantes, notamment de la girofle et du romarin, étaient placées dans l’extrémité de ce masque ainsi qu’une éponge imprégnée de vinaigre spécialement préparé, à porter près de la bouche. Cette ingénieuse défense contre la contagion a été inventée par De Lorme, médecin de Louis XIII. Cela donnait un air fantomatique et inaccessible aux médecins qui portaient ce masque.

<>

Pour la commedia, et plus globalement dans la tradition des costumes de Venise, réutiliser ce masque inquiétant pour interpréter le médecin est une façon de se moquer de ce personnage pédant à la science feinte. Ce trait de caractère du médecin se retrouve de façon très accentuée dans les pièces de Molière. Ainsi s’établit un comique de distance, entre la peur inspirée par la silhouette et qui rappelle la période dangereuse de contagion bubonique et le jeu ridicule du personnage du médecin.

Le masque du médecin de la Peste

6 Commentaires

Classé dans Maux qui parlent et mots qui soignent

Pathologies sur portée musicale

Parler pour exorciser, dit-on souvent. Pour certains, ce sera par l’écriture, d’autres, la parole, le théâtre ou la danse, … Evidemment, par la musique aussi. C’est l’occasion de revenir sur deux grands noms de la scène française dont l’appellation m’a toujours intriguée. Pourquoi ce choix de noms de pathologies, si triste et difficile, pour un rythme parfois plus enjouée, pour une carrière par définition de conquête et de gloire ? Ah le showbizz… Vous me direz, « Scarabés » ou « Scorpions », c’est pas beaucoup plus joyeux ! Alors avant que je ne leur préfère Casimir, voici deux histoires musicales de santé.

<>

Grand Corps Malade

Aujourd’hui, on ne peux plus louper ce slammeur, surtout depuis son duo avec Calogero. Mais qui est vraiment Grand Corps Malade ?

Fabien, jeune joueur de mots, voulait être professeur de sport. Animateur dans une colonie de vacances, un plongeon dans une piscine au niveau de l’eau trop bas lui déplace des vertèbres, d’où les paroles de Je dors sur mes deux oreilles. On lui annonce qu’il restera paralysé, mais une année de rééducation lui fait retrouver l’usage de ses jambes – à l’aide d’une béquille. La réorientation de GCM se fait d’abord dans le marketing sportif, avant qu’il ne découvre le slam (en 1999) et ne choisisse en 2003 son nom de scène (en compétition avec Petit Oeil Malicieux, plus léger). Ce nom réfère à son handicap, et se fait connaître largement avec plus de 400 000 ventes par album et on ne compte plus ses décorations…

<>

Sclérose

Ce clip délicieusement obsolète (1983… même pas née !) nous ramène au développement des radios libres sur la bande FM. Retour vers le futur, un petit goût français de Good Morning England, qui permis à de nombreux groupes régionaux d’émerger et d’enregistrer des… cassettes.

Sclérose est un groupe de rock de la scène limougeaude. Si son nom n’est pas sans signification médicale, il a plutôt été choisi pour son sens figuré. Finalement, rien à voir avec la SEP : à force de répétitions enfermés dans une grange (on n’a pas dit Les Wampas), leurs amis délaissés les saluaient d’un tonique « Comment va, les sclérosés ?  » Le nom est resté. En 1993 apparaît un CD (si,si !) best of… avant que les quarantenaires nostalgiques ne se reforment en 2008 ! Affaire à suivre…

Or, je lis (Info Magazine) : « A cette époque, d’autres groupes de Limoges avaient également opté pour des noms bizarroïdes comme Virus ou Chloroforme. »… Ma curiosité est piquée !

Sources : http://www.grandcorpsmalade.com/ et Wikipédia, http://www.groupe-sclerose.com/ et un article de Info Magazine

2 Commentaires

Classé dans Maux qui parlent et mots qui soignent

De Sganarelle à Argan : Le médecin représenté par Molière

La représentation du médecin sur les planches n’est pas nouvelle. Celle de Molière, le Grand, le Maître (comme l’appelle cette troupe passionante et passionnée), a touché, fait rire ou pleurer plus d’un spectateur à travers les siècles.

Loin de moi l’idée de vous faire une dissertation littéraire dans les règles, j’ai perdu la main. Mais voici quelques notes en vrac, à l’exemple de deux pièces du Maître… Pour vous laisser vous réfléchir aux évolutions de l’image d’Epinal du médecin, mais surtout pour rire et se régaler un peu de ces mots !

Représentation

Médecin et apothicaire

C’est un couple infernal, celui des scientifiques qui se partagent les clients et les douleurs. Il va sans dire que la comédie fait aussi peu de cas de l’un que de l’autre…

Le médecin malgré lui, I,5

SGANARELLE : Ils recommencent de le battre. Ah! Ah! Eh bien, Messieurs, oui, puisque vous le voulez, je suis médecin, je suis médecin; apothicaire encore, si vous le trouvez bon. J’aime mieux consentir à tout que de me faire assommer.

Le Malade imaginaire, III,14

ARGAN : Qu’il se fasse médecin, je consens au mariage. (A Cléante.) Oui, faites-vous médecin, je vous donne ma fille.

CLEANTE : Très volontiers, monsieur. S’il ne tient qu’à cela pour être votre gendre, je me ferai médecin, apothicaire même si vous voulez.

D’ailleurs, en rédigeant ce post je suis tombée sur la même initiative par l’ordre des pharmaciens, mais version « Apothicaire » : Le pharmacien de Molière … (avis aux amateurs, l’analyse est bien mieux faite que la mienne !)

Jargon médical et incompréhension

Le médecin de Molière use (de trop ?) un vocabulaire scientifique latin, ne se met pas à la portée de son patient, ou, dans ce cas scénique, de son public. Que ce soit du nom des remèdes, de théories trop galvaudées et évidemment signées de « grands noms », ou de l’usage déraisonné du latin, on sent dans les reproches de Molière un manque de confiance lié au fait qu’il lui est impossible de vérifier les dires et les actes du médecin.

Le médecin malgré lui, II,2

SGANARELLE : Lucinde! Ah! beau nom à médicamenter! Lucinde. (ça vaudrait presque Alli ou d’autres molécules imprononçables ! à moins qu’il n’y ait allusion à une plante…)

Le médecin malgré lui, II,4
SGANARELLE  : se tenant avec étonnement.Vous n’entendez point le latin ! (…) en faisant diverses plaisantes postures. Cabricias arci thuram, catalamus, singularitar, nominativo baec Musa, « la Muse », bonus, bona, bonum, Deuz sanctus, estne oratio latinas? Etiam, « oui », Quare, « pourquoi »? Quia substantivo et adjectivum concordat in generi, numerum, et casus.

SGANARELLE  : Aristote, là-dessus, dit… de fort belles choses. (certes !)

Bon vivant

Aucun des personnages médecins du dramaturge n’est suivi dans sa vie en dehors du service santé rendu. Au contraire, le médecin est attiré par l’appât du gain et prescrit des remèdes bien peu drôles. Ici, c’est la représentation du médecin idéal de Molière qui m’intéresse : celui qu’il a dessiné, qui dans ses pièces interprète le rôle du médecin. Il aime la bonne chère, la chair (quelques scènes de drague dans Le médecin malgré lui avec le personnage de la nourrice) et aime à rire. Heureusement, le public de Molière (& nous) aussi ! Étonnamment, cette image est aujourd’hui une réalité bien ancrée…

Le Médecin malgré lui, II, 4
SGANARELLE : Lorsque le médecin fait rire le malade, c’est le meilleur signe du monde.

Le Malade imaginaire, III.10

TOINETTE, en médecin : Ignorantus, ignoranta, Ignorantum. Il faut boire votre vin pur, et, pour épaissir votre sang, qui est trop subtil, il faut manger de bon gros boeuf, de bon gros porc, de bon fromage de Hollande; du gruau et du riz, et des marrons et des oublies, pour coller et conglutiner.

Le médecin, un notable

Médecin, plus qu’une profession, une science ou une faculté, c’est un statut. Et cela se sait dans la fierté des médecins et la déférence qu’on leur prête, alors que lui, Molière, est traité de farceur, même malgré la considération royale. Oui, mais sur scène, lui aussi devient médecin. La version médicale de l’habit ne fait pas le moine

Le malade imaginaire, III, 14

BERALDE : Oui. L’on n’a qu’à parler avec une robe et un bonnet, tout galimatias devient savant, et toute sottise devient raison.

TOINETTE : Tenez, monsieur, quand il n’y aurait que votre barbe, c’est déjà beaucoup; et la barbe fait plus de la moitié d’un médecin.

Mais une représentation ambiguë…

Molière en habits de SganarelleLe professionnel de santé chez Molière prête à rire, par opposition au bon sens souvent représenté par la servante (Toinette). Mais le comique qui en est dégagé cache un certain cynisme. Je me souviens d’une mise en scène du Malade imaginaire par la Comédie Française qui avait appuyé sur le côté pathétique de la représentation du Médecin. Les Diafoirus n’en étaient plus si drôles. Et cette vision n’est pas sans résonance avec la biographie de l’auteur : décès de sa mère à 10 ans, certainement saignée et re-saignée par ses médecins, perte de deux enfants, et bien sûr une incurable angine de poitrine dont le fameux malaise ne l’empêchera pas, ô dévotion à la scène !, de terminer sa pièce avant d’être transporté chez lui… Lui même vécut sa dernière tragédie en pleine représentation d’une comédie, sans que le public ne se doute de cette triste ubiquité. De fait, Molière pourrait être l’ancêtre du e-patient engagé, racontant sa maladie non pas sur un blog, mais dans ses pièces ! ;-)

Des points de comparaison ?

Evidemment, je ne cherche pas à comparer le médecin et sa science du 17e siècle à celui du 21e, mais j’observe uniquement leurs images. D’un langage obscur et que l’on trouve difficilement accessible au patient, assurément, le médecin l’est encore – ou du moins, on le critique toujours sur ce point. Je ne pense pas que l’on puisse déduire aujourd’hui de cette image celle de leurs relations avec les pharmaciens contemporains, bien trop encombrées par la législation ou les institutions.

Mais aujourd’hui, le médecin a aussi changé. Nous avons parlé de e-patient, parlons de e-médecin. Avec les évolutions numériques, le e-médecin tend (tendra ?) à devenir plus proche, ses propos scientifiques plus compréhensibles ou plus éclairés. Une vulgarisation du langage se développe et le statut de « notable » s’estompe progressivement…

Remarquez, dans les acteurs de la santé, les patients en prennent aussi pour leur grade avec Argan !

Image

Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Maux qui parlent et mots qui soignent

La fabuleuse histoire du corps humain

Maestro en Globule rouge

Professeur Globus, aka Maestro

Puisque le Blogule vit sa prime jeunesse, un billet plus adapté à son âge.  Idée de génie pour éduquer les enfants, le dessin animé de la série il était une fois… racontant les sciences naturelles.

« Il était une fois … la vie : la fabuleuse histoire du corps humain »

Très pédagogique, drôle, joli, et surtout adoré des petits comme des grands enfants ! Il s’adresse à tous les curieux du fonctionnemnt du corps humain.

Aujourd’hui cette animation est un élément commun de notre culture, peut-être la source de la vocation de nombreux médecins et biologistes. J’en connais certains qui savent encore le générique par coeur ! Ce générique a pour titre l’  » hymne à la vie » (si c’est pas beau !).

Il était une fois la vie, c’est un peu le cours d’anat’ version Dragon Ball Z – voire Princesse Sarah, vu le côté fleur bleue… Chacun des élèments ou parasites du corps humain sont personnalisés. Parmi tous les personnages, comment ne pas parler de Maestro, le grand père idéal, puits de connaissance un peu fatigué ? Dans la version « globule rouge », il devient le professeur Globus. Quelque part, ce dessin des globules rouges a dû m’inspirer !

Les stratégies de défense face aux vilains virus et autres bactéries ont du inspirer Armageddon… Vous n’y pensez jamais, à ces gentilles plaquettes qui assurent les fortifications, quand apparaît une vilaine coupure ? ;-) Bref… j’adore !

Il y a certainement un filon de communication à exploiter ici… si ça n’a pas déjà été fait (j’en parlerais dans un prochain billet), mais surtout en terme de communication santé publique et prévention.

Quel coup de vieux ! Quoi que j’ai entendu dire que la nostalgie des 90’s était à la mode… Voici un retour en arrière, dans ces années de jeunesse (a)dorée :

Le générique :

Et si vous avez un peu plus de temps, l’épisode 1 !

h

La prochaine fois, je vous mets la vidéo du générique du Roi Lion : « C’est l’histoire de la vie » … ;-)

Poster un commentaire

Classé dans Maux qui parlent et mots qui soignent