Archives de Catégorie: Maux qui parlent et mots qui soignent

Art pharmaceutique

Je visitais cet après-midi l’exposition Collector du Tri Postal, et n’ai pas résisté à vous faire partager cette série d’oeuvres… Pour prolonger l’effet de surprise et la réflexion, je vous propose d’abord un voyage parmi les oeuvres comme visiteur lambda, et de lire ensuite le cartel de l’exposition.

Entracte : à quoi cela vous fait-il penser ?

Décryptage : De quoi s’agit-il ? Penchons nous sur le cartel et la muséographie.

Les toiles abstraites de Francis Baudevin sont le fruit d’une démarche stricte et immuable élaborée en 1987 : l’artiste sélectionne un motif d’emballage, de médicament le plus souvent, l’agrandit et supprime l’appareil textuel l’entourant. Le résultat est saisissant, ses toiles devenues motifs ne sont pourtant pas des abstractions. Francis Baudevin impose une distance critique et malicieuse sur le devenir de la peinture non figurative. [Source : cartel de l’exposition]

Alors, quand avez vous reconnu des emballages de produits pharmaceutiques ?

Certaines toiles laissent très vite reconnaître des packagings des médicaments. L’oeuvre témoigne de la pregnance  de ces marques sur notre esprit, via des outils marketing, dont le packaging n’est pas des moindres. Et l’entrée de ces codes dans le domaine artistique comme un cadre  référentiel renforce cette empreinte. Si l’artiste nous invite à prendre une distance critique sur l’objet et son usage, de nombreuses questions sont posées. Combien sommes nous exposés à ces médicaments, afin de nous permettre de les reconnaître ? Accepte-t-on leur représentation non maîtrisée en plein coeur d’une exposition ?

D’autre part, les produits pharmaceutiques se retrouvent dans une exposition critique de la société de consommation au même titre qu’une boîte de soupe ou qu’un contenu de poubelles ménagères. La consommation de médicaments, un vice conséquent à la société de surconsommation ? La présence d’un médicament comme une marque est lourde de signification quand la salle suivante présente le court-métrage oscarisé Logorama.

Poster un commentaire

Classé dans Brèves, Maux qui parlent et mots qui soignent

[Brève] Io sono quel gran medico

Une vidéo pour visuliser la mise en scène du charlatan Dulcamara (moins moderne que celle que j’ai pu voir).

Et pour le plaisir, j’ajoute la suite (certains me comprendront…), d’une autre mise en scène.

1 commentaire

Classé dans Maux qui parlent et mots qui soignent

Charlatans littéraires

Parmi les caractères populaires du médecin (vu la suite, je devrais dire « du pseudo-soignant ») il y a la figure itinérante du charlatan et de ses élixirs maison. Commercial génial, marketeur surdoué qui sait saisir les tendances du jour et maîtrise la culture populaire, menteur pathologique et homme sans attache, il est adulé par le peuple qui souhaite le voir soulager ses souffrances et méprisé par les représentants de la loi et les scientifiques. Voici quelques charlatans si connus, qu’ils en sont devenus sympathiques :

Le charlatan romantique

Dulcamara, in L’élixir d’amour – Gaetano Donizetti (acte 1, scène 5)

Dans cet opéra du début du 19e siècle, le jeune paysan Nemorino, désespérèment amoureux d’Adina, fait appel au savoir du vendeur ambulant Dulcamara pour obtenir l’élixir d’amour de Tristant et Yseult et conquérir sa belle. Voici donc la présentation du personnage par lui même (on n’est jamais mieux servi…). Écoutez le morceau ici.

DULCAMARA                                                DULCAMARA

Udite, udite, o rustici                                 Ecoutez, écoutez, ô gens du pays;

attenti, non fiatate.                                      prêtez l’oreille, retenez votre souffle.

Io già suppongo e immagino                   Je suppose et j’imagine

che al par di me sappiate                          que vous savez aussi bien que moi

ch’io sono quel gran medico,                  que je suis l’illustre médecin,

dottore enciclopedico                               l’encyclopédique docteur

chiamato Dulcamara,                                 nommé Dulcamara,

la cui virtù preclara                                    dont la vertu éclatante

e i portenti infiniti                                        et les innombrables merveilles

son noti in tutto il mondo                         sont connues de tout l’univers

e… e in altri siti.                                            et … et … et d’autres lieux.

Benefattor degli uomini,                           Bienfaiteur des hommes,

riparator dei mali,                                       réparateur des maux,

in pochi giorni io sgombero                    en peu de jours je vide,

io spazzo gli spedali,                                    je débarrasse les hôpitaux,

e la salute a vendere                                   et je vais par le monde entier

per tutto il mondo io vo.                          vendre la santé.

Compratela, compratela,                         Achetez-la, achetez-la,

per poco io ve la do.                                    je vous la donne pour presque rien.

[…]

Ei move i paralitici,                                    Il fait marcher les paralytiques,

spedisce gli apopletici,                             expédie les apoplectiques,

gli asmatici, gli asfitici,                             les asthmatiques, les asphixitiques,

gl’isterici, i diabetici,                                 les hystériques, les diabétiques,

guarisce timpanitidi,                                 il guérit les typaniques,

e scrofole e rachitidi,                                les scrofuleux et les rachitiques,

e fino il mal di fegato,                                et jusqu’au mal de foie

che in moda diventò.                                tellement à la mode de nos jours.

Mirabile pe’ cimici,                                    Merveilleux pour les punaises,

ùirabile pel fegato,                                     merveilleux pour le foie,

[…]

quanto vale la bottiglia?                          Combien la bouteille? Hein

Cento scudi?… Trenta?… Venti?          Cent écus? Non. Trente? Non. Vingt?

No… nessuno si sgomenti.                      Que personne ne se décourage.

Per provarvi il mio contento                 Pour montrer mon contentement,

di sì amico accoglimento,                       d’un accueil si amical,

io vi voglio, o buona gente,                    je veux, ô bonnes gens,

uno scudo regalar.                                     vous donner un écu.

CORO                                                                LE CHOEUR

Uno scudo! Veramente?                          Un écu! Vraiment?

Più brav’uom non si può dar.              On ne peut trouver plus brave homme

Dans la mise en scène, très moderne, à laquelle je viens d’assister, Dulcamara présentait ses élixirs et produits avec forces effets marketing. Un écran publicitaire en arrière plan, tout à fait type Power Plates ou Chirurgie esthétique renforçait fortement la dichotomie marketing et produits de santé, ce qui n’est pas sans mettre en abyme de nombreuses problématiques d’actualité, et fait réfléchir sur la vente de produits santé et bien-être aujourd’hui.

Le charlatan du Far West

Docteur Doxey, Lucky Luke – Moris et Goscinny

Dans L’Elixir du Dr Doxey, le lonesome cow-boy le plus populaire des solitaires rencontre un peu trop à son goût un charlatan sans scrupule, parcourant l’ouest et apportant à ses habitants un élixir miracle…

Les charlatans modernes

Et pour vous, qui sont les charlatans modernes ? On a tous reçu ce type de publicité dans nos boîtes aux lettres :

A votre avis ? Des services de vente de produit « bien-être » ? Des sites de vente illégales de médicaments trop souvent trafiqués ?

5 Commentaires

Classé dans Maux qui parlent et mots qui soignent

Il était une fois la Sécurité Sociale…

Il flotte dans l’air toute l’atmosphère de Noël, des soirées au coin du feu à conter des histoires… C’est peut-être la raison pour laquelle j’avais envie de parler d’histoire et d’histoires. Il y a quelques mois, je prenais connaissance avec le travail de Cécile Girardin et son intriguante « agence d’écriture ». Entre autres projets passionnés et passionnants (création d’un jeu de l’oie géant, écritures de livres,contes et pièces de théâtre), Cécile a travaillé sur un Storytelling pour la Caisse Primaire d’Assurance Maladie des Deux-Sèvres (Niort).

C’est une initiative de la CPAM que je trouve très intéressante, car c’est ce fil narratif dont les assurés, les citoyens ont besoin pour s’approprier le système et le faire leur. L’interview de Cécile, conceptrice-rédactrice, auteure, directeur artistique, est à ce sujet très engageante… Alors, quelle histoire pour la santé ?

Pour en savoir plus sur cette initiative : lisez la 4e de couverture du livre à paraître…

A trop raconter des histoires, n’oubliez pas de nous raconter la vôtre. Qui êtes vous ? Comment nous expliqueriez-vous le métier de « raconteur d’histoire » ?

Je suis une historienne de l’art qui aime se balader dans les entreprises, aller à la rencontre des salariés et des patrons. J’aime qu’ils me racontent leur vie !

Non, sérieusement, je pense que les choses racontées ont plus d’impact que lorsqu’elles sont simplement énumérées. Le storytelling permet de donner du sens aux évènements. Je ne suis jamais loin de ma formation universitaire d’historienne : le contexte de l’information est important. Mais j’ai cette fantaisie et ce souci du lecteur qui me pousse à tendre vers une écriture dynamique et évocatrice des faits. Un exemple. Le discours des vœux d’un PDG fait partie de mes « sources ». Or redonner dans le livre le texte tel qu’il est n’a pour moi aucun intérêt, puisque tout le monde l’a déjà entendu, enfin pour ceux qui écoutaient… Si le patron parle des projets de l’année future, comme une construction par exemple, je préfère assister à la réunion avec l’architecte. L’impact est différent. Je concrétise les idées en me servant du quotidien de l’entreprise. Parler des idées sans les confronter à la réalité est contre productif. Tout l’intérêt de mes histoires est de lier le monde des idées à celui du terrain.

Vous avez entrepris un storytelling avec la CPAM de Niort… Qu’a-t-on à dire d’une CPAM ?

 

Assurance Maladie, ses valeurs dans un livret - crédit Eric Chauvet

La CPAM de Niort m’a commandé un livre à l’occasion d’un emménagement dans de nouveaux locaux. Comment la Sécurité Sociale s’était-elle installée en 1945 à Niort ? Que sait-on sur les Assurances Sociales en 1930 dans les Deux-Sèvres ? Et avant ces lois, quelle était l’action de l’État en matière de santé ? Mais, encore une fois, au-delà des lois, des faits, comment les choses se sont-elles mises en place sur le terrain ? Une entreprise est faite d’hommes et de femmes, de salariés, d’élus. Qu’ont-ils fait à Niort pour concrétiser cette loi ? Le travail d’historien est considérable, des jours et des jours à lire les délibérations des conseils d’administration de la caisse, à croiser ces informations avec les mutuelles en place… sur le plan local et départemental. Un travail aussi de « journaliste » auprès des salariés d’aujourd’hui et d’hier pour comprendre le sens qu’ils donnent, donnaient à leur mission.

Qu’avez-vous aimé dans ce projet ?

Je suis toujours surprise de l’accueil que l’on me réserve dans les services. Les patrons, directeurs, salariés… ont envie de me parler, ils ont beaucoup de choses à dire sur leur travail, leur mission. Ils y réfléchissent plus qu’il n’y paraît et cela est plutôt une bonne nouvelle ! Et quel enrichissement personnel ! Je l’avoue facilement, le monde de la santé n’était pas un sujet historique que je maîtrisais. Mais j’aime rentrer dans le vif du sujet par une immersion totale, comme une plongée dans les archives ou dans les services. Et puis, après, j’ai l’impression de tricoter, de relier les informations les unes aux autres.

 

Pour vous, de quelle histoire devrait-on égayer le monde de la santé ?

Je crois qu’il manque une histoire simple de la santé ! Le système est complexe et on s’y perd. À tel point que j’ai pu entendre de la part d’assurés que « la Sécu c’est gratuit ! » Remarquez, cet assuré-là, je pourrais le suivre dans sa découverte d’une caisse primaire…

J’ai connu votre travail via un tweet lors de la conférence Health 2.0 Europe. A votre avis, quel fil lie la Sécurité Sociale à ses débuts et aujourd’hui le tournant 2.0 qui s’amorçe ?

En 1945, les conseils d’administration étaient composés pour 2/3 de représentants des salariés et pour 1/3 des représentants des employeurs. En 1947, le 24 avril, ont lieu les premières élections à la Sécurité sociale. Le projet politique ambitionnait la gestion des caisses par les intéressés eux-mêmes. En 2010, je me demande si le Web 2.0 ne peut pas rendre les assurés « intéressés » ?! Soixante-cinq ans ont passé et on mesure l’écart entre « l’instrument de solidarité » (selon une expression de Pierre Laroque, directeur général de la Sécurité sociale de 1944-1951) et notre accoutumance détachée à la formule souvent répétée depuis 1963, « trou de la Sécu ». Le Web 2.0 a cette capacité de mobiliser, de créer du lien, de redonner du sens et d’adopter un ton nouveau. À votre question, quel fil lie ? J’aimerais bien répondre les « intéressés eux-mêmes ».

Et pour nous enchanter un peu, quelle est la mission la plus sympathique que vous avez accompli en storytelling ?

Dans mes propos, j’ai associé le storytelling à l’entreprise, or on m’a demandé de donner une âme à une marionnette géante que des artistes s’apprêtaient à fabriquer pour un quartier défavorisé. J’ai écrit un conte et cette marionnette existe depuis deux ans maintenant, elle s’appelle Galuchette. J’ai travaillé avec un illustrateur pour éditer le livre de conte. J’ai raconté le quartier à travers elle. Elle est aujourd’hui la mascotte du quartier…

<>

Merci  beaucoup Cécile pour cette interview, et très beaux projets pour la suite de votre agence d’écriture ! Chers lecteurs, je vous conseille de lire son site et ses travaux, qui moi me font envie, m’enchantent même et me prêtent à rêver…

http://www.cecile-girardin.fr/

Ce que j’ai aimé : « je suis toujours surprise de l’accueil que l’on me réserve dans les services. Les patrons, directeurs, salariés… ont envie de me parler, ils ont beaucoup de choses à dire sur leur travail, leur mission. Ils y réfléchissent plus qu’il n’y paraît et cela est plutôt une bonne nouvelle ! Et quel enrichissement personnel ! Je l’avoue facilement, le monde de la santé n’était pas un sujet historique que je maîtrisais. Mais j’aime rentrer dans le vif du sujet par une immersion totale, comme une plongée dans les archives ou dans les services. Et puis, après, j’ai l’impression de tricoter, de relier les informations les unes aux autres.
Sécurité sociale et web 2.0  :  en 1945, les conseils d’administration étaient composés pour 2/3 de représentants des salariés et pour 1/3 des représentants des employeurs. En 1947, le 24 avril, ont lieu les premières élections à la Sécurité sociale. Le projet politique ambitionnait la gestion des caisses par les intéressés eux-mêmes. En 2010, je me demande si le Web 2.0 ne peut pas rendre les assurés « intéressés » ?! Soixante-cinq ans ont passé et on mesure l’écart entre « l’instrument de solidarité » (selon une expression de Pierre Laroque, directeur général de la Sécurité sociale de 1944-1951) et notre accoutumance détachée à la formule souvent répétée depuis 1963, « trou de la Sécu ». Le Web 2.0 a cette capacité de mobiliser, de créer du lien, de redonner du sens et d’adopter un ton nouveau. À votre question, quel fil lie ? J’aimerais bien répondre les « intéressés eux-mêmes ».

1 commentaire

Classé dans Communication & RP, Maux qui parlent et mots qui soignent

[Brève] Inspiration et extrapolation de créa.

Encore une pub de belle créa pour l’inspiration, qui m’a beaucoup amusée. Je l’ai aperçue encore chez Youkyouk… Elle ne concerne pas le secteur de la santé, mais de la finance (CBOE : Chicago Board Option Exchanges). Mais je ne pouvais pas laisser passer la photographie d’un tel univers ! La question suivante, c’est de savoir pour quel brief elle serait réutilisable. L’exercice « perché » parfait pour un vendredi soir…

Extrapolations… :

  • Le rire médecin recrute.
  • Publicité pour du matériel hospitalier (stéthoscopes) ou l’achat d’uniformes / de blouses.
  • Accept no substitute : L’information santé en ligne doit être de qualité.
  • Boire ou conduire, il faut choisir (passerait mieux avec, en arrière plan, quelques éléphants roses et des vaches milka bras dessus-bras dessous en train d’explorer les nuages…)

D’autres idées ? ;-)

Retrouvez la publicité originale :

2 Commentaires

Classé dans Maux qui parlent et mots qui soignent, Publicité médicale

Commedia dell’arte : le médecin masqué

Il est l’heure de se remettre au travail et à l’écriture des nombreux sujets qui appellent un billet. Le Blogule a profité de ses vacances d’été pour se refaire une beauté… Voici un article très spécial pour illustrer sa nouvelle identité graphique et mieux comprendre sa référence aux représentations médicales à travers les siècles et les scènes.

<p>

La commedia dell’arte est le théâtre populaire italien tel qu’il était joué en Italie, à partir du XVIe siècle. Farces, burlesque, mimiques, pitreries et  bouffonneries, demandez le programme !

Les troupes de comédiens voyagent de ville en ville, au gré des accueils et des représentations données sur leurs tréteaux. Les discours sont cesse renouvelés suivant l’improvisation qu’inspire le lieu, les circonstances, le temps… et sont agrémentés d’abondants et irrésistibles jeux de scène. (Pour avoir un aperçu des pièces de la commedia et de leur énergie, rendez-vous un soir aux représentations données par le Théâtre de la Comédie Italienne à Paris). A chaque comédien selon son caractère correspond un personnage stéréotype. Car la commedia est aussi une sévère caricature humaine et sociétale.

La variété de personnages, ingénieux héros, fourbes vieillards ou jeunes premiers est appréhendée avec des stéréotypes, véritables images d’Epinal à l’italienne. Ainsi, le très connu Harlequin (valet bon vivant) et son opposé Scaramouche, les vieillards Pantalone (amoureux d’une jeune fille) ou le médecin, les soldats tel le brave Matamore, les amoureux à l’instar de Colombine. Ces rôles ne vous rappellent-ils rien ?

La version italienne du médecin a fortement inspiré sa représentation par Molière, qui a partagé avec les « Comédiens Italiens du Roi » une salle de théâtre parisienne. « Il Dottore Balanzone« , Docteur de la commedia, personnage prétendumment savant, symbolise le pouvoir intellectuel et l’esprit. Physiquement gêné par un embompoint certain, il porte un masque qui lui cache la moitié du visage seulement et ne manque pas de porter les traits rougeâtres d’une addiction à la boisson alcoolisée. Il représente l’université et ses collèges d’astronomie, de droit, ou de médecine. Mais son apparence savante n’est que feinte, et le ridicule le gagne dès qu’il veut parler de sciences et utilise à cette fin un latin « de cuisine », révélant son ignorance.

Quand le Docteur parle, on doute

Si c’est latin ou bas breton :

Et souvent celui qui l’écoute

L’interrompt à coups de bâtons.

Il existe dans la grande variété des masques et de la Commedia un second modèle, au bec allongé. C’est celui du Médecin de la peste « Il Medico della Peste ». Pour se prémunir contre l’épidémie ramenée d’Asie, gagnant Gênes puis Venise en juin 1348, des plantes aromatiques aux propriétés désinfectantes, notamment de la girofle et du romarin, étaient placées dans l’extrémité de ce masque ainsi qu’une éponge imprégnée de vinaigre spécialement préparé, à porter près de la bouche. Cette ingénieuse défense contre la contagion a été inventée par De Lorme, médecin de Louis XIII. Cela donnait un air fantomatique et inaccessible aux médecins qui portaient ce masque.

<>

Pour la commedia, et plus globalement dans la tradition des costumes de Venise, réutiliser ce masque inquiétant pour interpréter le médecin est une façon de se moquer de ce personnage pédant à la science feinte. Ce trait de caractère du médecin se retrouve de façon très accentuée dans les pièces de Molière. Ainsi s’établit un comique de distance, entre la peur inspirée par la silhouette et qui rappelle la période dangereuse de contagion bubonique et le jeu ridicule du personnage du médecin.

Le masque du médecin de la Peste

6 Commentaires

Classé dans Maux qui parlent et mots qui soignent

Les listes du lundi : Votre corps au figuré

Le lundi annonce une semaine bien difficile. Ecrasés sous la tâche des choses à faire, la semaine parait longue (mais non moins sympathique !). Et pour ne rien oublier, comme tous, on fait des listes. La To-do liste, pour les hypes du vocabulaire franglais. Les listes de choses à faire, de choses drôles, de choses qui nous attendent, les listes de principes, les listes d’idées… Et la liste du lundi.

<>

Lundi 14 juin 2010 – Votre corps au sens figuré

Une (très) petite liste d’expressions insensées ou presque. A compléter !

  • coûter un bras
  • l’avoir dans l’os
  • le squelette ou la colonne vertébrale du travail
  • Avoir de la veine
  • Poil au … ! (Compléter selon la rime. Jeu très extensible avec des pros en anat’…)
  • Coeur de pierre (facile !)
  • « Le poumon vous dis-je » (toujours Molière)
  • Un pied d’égalité
  • Boire et manger à l’oeil
  • Et pour le nez… je vous renvoie à Cyrano !

Quelques additions relevées par @JFG (l’oeil, évidemment ;-) et @LauPicard :

  • se fourrer le doigt dans l’oeil
  • taper dans l’oeil
  • avoir le compas dans l’oeil
  • jeter de la poudre aux yeux
  • sortir par les yeux

Sur cette liste, je vous souhaite une très belle semaine.

Listement vôtre,

le Blogule rouge

Poster un commentaire

Classé dans Les listes du lundi, Maux qui parlent et mots qui soignent