Archives de Catégorie: Communication & RP

13 conseils pour réussir vos Relations Blogueurs

Comme tous les blogueurs, du haut des 1 ans du Blogule, j’ai reçu florilège de CP (communiqué de presse, ndlr). Sur tout, des nouveaux traitements, des recettes beauté miracle, des campagnes de communication, des levées de fonds, et j’en passe. J’en ai envoyé, moi aussi, et n’oserais jamais dire que mon envoi était parfait. Mais il y a eu du très bon… et du très mauvais. De grands éclats de rires parfois… Pour atteindre mon top 1 des « perles d’agences », suivrez à la lettre cet anti-guide des « RB », les relations blogueurs, vues à tort comme le sacro-saint Graal des agences… Du moins en face du client.

1. Au Blogueur n’importe quel sujet tu enverras

Il n’y a pas de ligne éditoriale dans un blog, alors peu importe ses sujets. Il parle de cancer ? Envoie lui des infos sur la meilleure choucroute alsacienne. De voiture ? N’oublie pas de lui proposer des échantillons de crème anti-rides….

2. Le client voulant du web, des relations blogueurs lui vendras, et Community Manager tu signeras
Parce qu’on peut vendre du community management de ce qui n’est que des relations blogueurs. Notez bien que la communauté ne sera pas managée par vos soins, mais par les blogueurs entre eux. Alors, attention à vos chevilles…

3. Le Communiqué de presse directement tu enverras
Ne pas confondre influenceur et journaliste ! Le blogueur est un journaliste à temps plein, c’est bien connu. Alors le procédé de réception des communiqués, il gère, et la réception d’un CP sans présentations au préalable, ou vérification que le sujet l’intéresse, ça passe NIC-KEL. « Comment ça, par web on peut être assimilé à du Spam ? »

4. Dans aucun mail ne te présenteras
Sans personne derrière, vous êtes une newsletter. Du spam. Et dans les mails que vous envoyez, pas besoin de dire qui vous êtes, où pourquoi vous parlez de ce sujet. Tant qu’on y est, tutoyez-le, c’est un code culturel des geeks (une grande famille), surtout si le blagueur en question tweete. Les meilleures critiques sur le blog de Grange Blanche !

5. Aucune ressource ne lui laissera.
Pourquoi des photos ou des vidéos ? Le blog, c’est comme la presse papier, pas besoin de plus de supports. On ne lui demande que d’écrire et faire du lien pour le référencement. Je ne vois pas comment il ajouterai une photo ou vidéo, même si je parle d’un spot publicitaire….

6. Tout recours à des neurones lui refuseras
Tssss, mais pourquoi penser à développer  plus de choses que ce qu’on a écrit dans le communiqué… Et d’ailleurs je ne vois pas où il pourrait chercher de l’information ailleurs que dans mon communiqué. Et s’il le fait, je le critiquerais.

7. Son numéro lui demandera, jamais ne le rappellera
Oui, oui, ça fait partie de mes « top 13 » des RB . Expérience vécue ! et là on dit chapeau au consultant qui témoigne d’une réactivité peu égalée. Ce qui met le Blogueur dans de très bonnes dispositions à son égard.

8. Un mail commun, avec toutes les adresses en copie, au Blogueur enverra
Mouhahaha. Manque de pot, les blogueurs se connaissent. Parfois très bien. Aussi, ils saisiront l’occasion pour s’envoyer des nouvelles et des bisous… Si ce n’est pire vous concernant. Et vous demanderont de ne plus recommencer !

9. Comme il est fainéant, pour aller plus vite, d’écrire son article lui proposera
Si, si, on me l’a déjà proposé…

10. Ce qu’il a écrit corrigera
Le blogueur n’ayant pas d’ego, ça passe comme une lettre à la poste, et je serais obéi dans le quart d’heure…

11. À ce qu’il souhaite ou demande, ne réagira pas
Naaaaaan. Nan,nan,nan,nan, moi je fais des relations PRESSE Madame. Je m’occupe des VRAIS médias. Le Figaaaro, Le Monnnde, toussa. Un blog, c’est bien trop petit pour moi….

12. Aucune éthique ne respectera
Pour cela,  je vous renvoie à ce très bel article. Qui prouve aussi combien il est important de vraiment lire le blog de celui auquel vous vous adressez…

13. Et surtout, tous ces conseils, à la lettre appliqueras !
Deux conclusions à cet article. Les communicants ont tendance à considérer les blogueurs selon ce qui les arrange : le survendre au client, et d’un autre côté dédaigner ces auteurs, qui sont finalement ajoutés  à la va-vite sur la dernière ligne des destinataires d’un communiqué de presse (ceux que l’on n’a jamais le temps de relancer bien sûr). Pourtant, les relations blogueurs demandent encore plus de relationnel que les relations presse qui quelque peu automatisées. Et n’oubliez pas : si son lectorat est moindre, l’article d’un blogueur peut laisser des traces et entâcher la sacro-sainte « e-réputation »….

Publicités

8 Commentaires

Classé dans Blogteurs, Communication & RP

[Brève] 2 campagnes santé buzzables

Ce matin, deux campagnes santé intéressantes, toutes deux sur les réseaux sociaux.

Sur Youtube, des maffioso réaniment une victime !

La British Heart Foundation, association caritative cardiaque, s’est trouvé un jingle : « Stayin’ alive » ! Après sa première vidéo, elle récidive et met en scène un maffioso et ses deux gorilles qui cherchent à réanimer une victime pour apprendre les bases du massage cardiaque : appeler les urgences, pas de bouche-à-bouche, et le massage. Une belle tranche de rire quand les gorilles s’improvisent danseurs sur la chanson. Seul regret : le côté « maffioso » aurait pu être plus pregnant dans la vidéo. A lire : l’analyse de DocNews.

Elle prend le pari de l’humour pour intéresser, puis (in)former le grand public. En France, on connaissait déjà la vidéo « 1 vie = 3 gestes » (agence : i&e) pédagogique, mais moins drôle… On prend les paris sur la vidéo la plus regardée et partagée ?

Sur Facebook, Kleenex prend soin des enrhubés !

Kleenex joue la carte de la proximité et la compassion. En traquant sur Facebook tous les statuts « rhume » « grippe » et « malade », elle leur envoie un paquet personnalisé de mouchoirs, en souhaitant un bon rétablissement ! La réactivité est de mise pour la marque…

Une belle opération sur la tendance 2012 « réhumanisation des relations », qui a permis à la fois une nouvelle expérience des utilisateurs et internautes, un nouveau rapport à la marque, et un partage massif des bénéficiaires de l’opération sur leur mur, touchant ainsi leur cercles de friends. Lire l’analyse d’Influencia.

1 commentaire

Classé dans Brèves, Communication & RP, Deux POINT Zéro

Campagne de la FHF : l’interne et l’hôpital, « je t’aime moi non plus ! »

Il y a quelques semaines, la FHF (Fédération Hospitalière de France) a mis en ligne une campagne destinée aux étudiants en médecine. Le but ? Les sensibiliser à une carrière de médecin à l’hôpital public.
Le contexte est très concurrentiel : ouverture des stages d’internes en clinique, démographie médicale « tendue » et pas en faveur des hôpitaux,… La FHF veut abattre les clichés du secteur public, avec des phrases phares telles que « Laissez vous guider par l’intérêt ».

La campagne cible clairement les jeunes, Sur le site PH par intérêt, un grand nombre de ressources :

  • Des interviews de professionnels hospitaliers, énumérant les raisons pour lesquelles ils ont choisi d’exercer leur métier à l’hôpital : moyens de recherche, valeurs du secteur public, innovation, vie de l’hôpital, … C’est chouette d’être Praticien Hospitalier !
  • un quizz
  • une affiche
  • un lien Facebook
  • des livrets pédagogiques (rémunération, espace médical du site FHF et un magazine)
  • et une web série humoristique. Après Omar & Fred, voici Doc & Dac…

On aime :

  • Les vidéos très pédagogiques d’interview.
  • L’intégration des réseaux sociaux à la campagne, avec Facebook et Youtube
  • La stratégie fondée sur les clichés de l’hôpital
  • Le très beau graphisme de l’affiche
  • La web série Doc & Dac, avec des situations (vraiment) vécues entre les couples PH / interne, un très bon acteur (l’interne), une conclusion qui claque : « Ah ouais…. quand même ! » .

On aime moins :

  • Une campagne qui va dans tous les sens avec beaucoup de concepts différents : une série de portraits photographiques (affiche), Doc et Dac (websérie), ou des vidéos pédagogiques. L’ensemble perd en unité et donc en efficacité
  • Une page Facebook pas actualisée
  • Un quizz pas encore en ligne
  • Les vidéos de la websérie, un poil trop longues (1 min 30)
  • Un manque d’audace. L’idée de travailler sur les clichés est très très bonne, mais a été un peu freinée, et n’ose pas aborder les vrais clichés, peu flatteurs, de l’hôpital public pour les faire tomber. Dommage, quand on sait que l’humour de la génération 18-30 ans est principalement le cynisme, et que pour faire réfléchir à des concepts un peu trop vrais, un peu trop négatifs, l’exagération est une méthode d’atténuation (oui, paradoxalement…).
  • À part quelques reprises dans la presse (les moyens traditionnels) je n’ai pas trop vu la campagne tourner…

Et vous, qu’en pensez-vous ?

3 Commentaires

Classé dans Communication & RP

Pièces Jaunes : le geste au centre de la campagne

Aujourd’hui est le dernier jour pour remettre votre tirelire ! Quelle tirelire ? Celle des Pièces Jaunes, qui revient en janvier comme la rentrée scolaire en septembre

Pour la 22e année consécutive, du 5 janvier au 12 février, la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France lance cette campagne ludique et pleine de succès, pour financer des projets d’amélioration des conditions de vie des enfants et adolescents hospitalisés.

Les Pièces Jaunes, c’est aussi une opération annuelle comme il y en a beaucoup dans la Santé (les Parcours du Coeur par exemple) ou dans l’associatif (de type le Téléthon ou Sidaction). Une des opérations qui marchent et plaisent, certainement parce qu’elle est simple et s’adresse tout simplement aux enfants pour les enfants.

22 ans, c’est une affaire qui roule ! Pourtant, nouveaux dispositifs et racines populaires de la campagne se mêlent et tracent un événement hybride.

On aime :

  • La valeur source de cette campagne de don n’a jamais changé : le geste à la fois généreux et ludique pour les enfants, de construire sa tirelire, la remplir, la déposer dans des points de collecte et… peser la somme ainsi récoltée !
  • inaugurés l’année précédente, une véritable présence en ligne de la campagne (Facebook, Twitter, …)
  • la volonté de modernisation de la communication
  • une campagne de partenariat époustouflante
  • un nouveau dispositif de paiement en ligne avec Price Minister
  • Tellement connu que ses RP sont du pain béni pour les consultants chargés de le communiquer (même s’il faut trouver à les renouveller), et pour la presse un marronnier. Trop peut-être, comment le renouveller ?

On aime moins :

  • le dessin des personnages « Pile et Face », (trop) carrés
  • Des parrains (Christian Karembeu et Lorie) quelques peu entrés dans l’ombre. (Je me souviens d’une opération chez moi avec Elodie Gossuin…)
  • Le train pièces-Jaunes, un peu old school, dont on parle beaucoup moins depuis que les tours de France ferrés sont devenus si courant : Coca Cola, Alzheimer, …
  • 22 ans de parrainage de Mme Chirac, marraine historique moins politique maintenant, ce qui fut pourtant critiqué, mais qui efface une part de visibilité à la Fondation HPHF

C’est une campagne qui a fait ses preuves et qui fonctionne, d’où peut-être sa difficulté à se renouveller sans perdre son essence. Il lui manque pourtant un soupçon de modernité, des actions peut-être plus proche des enfants d’aujourd’hui, à faire avec la nouvelle génération de parents. L’innovation peut conserver, en son centre, le coeur de cette campagne : le geste de don.

Un dernier mot : merci, pour le monde de l’hôpital et pour les enfants et adolescents pouvant bénéficier des actions de la FHP-HP ! Maintenant, courrez dans votre bureau de Poste, déposer la tirelire avant sa fermeture, à défaut de devoir attendre l’année prochaine…

Agence : Publicis Consultants | Net Intelligenz
Quelques sources : Le guide santé pour le bilan des campagnes, My Community Manager pour une explication de la campagne marketing et bien sûr www.piecesjaunes.fr !

3 Commentaires

Classé dans Communication & RP

L’information n’a pas droit à l’erreur

INCA - L'information n'a pas droit à l'erreur

C’est le message de la campagne d’affichage de l’INCa, Institut National contre le Cancer, associé à la Ligue contre le Cancer pour la sortie d’une nouvelle page d’information à destination des patients sur son site : e-cancer.info. Du moins, parmi les messages de la campagne sur l’information, c’est celui qui m’a le plus marquée et inspirée. Car dans la santé 2.0 (et globalement dans le 2.0), la principale problématique tourne autour de ce thème : l’information. Quelle information peut-on et doit-on diffuser ? Comment les patients cherchent-ils l’information ? Quelles informations viennnent d’internet, lesquelles du médecin ?

Une présentation de cette campagne grand public (agence : W&Cie/atjust, agence RP : Presse & Papiers).

On aime :

  • La mise en valeur d’un site web (et plus généralement, d’un dispositif d’information aussi constitué d’une collection de brochures et d’une hotline) à travers une campagne publicitaire nationale.
  • Une démarche dans le cadre du Plan Cancer 2009-2013
  • Un message intéressant, revenant sur la problématique d’information du patient et de ses proches
  • Belle retombée medias : PQR, PQN (20Minutes notamment), web et blogs, …
  • La campagne éduquera-t-elle les patients à la recherche d’infos pour devenir un devenir un patient 2.0 ?
  • Des vidéos-témoignages de personnes touchées par le cancer. Mais il manque sur le site d’un forum ou moyen d’échange entre patient – lieu d’échange social. Or, le besoin d’échange, est exprimé de façon aussi grande que le besoin d’information ; et le web permettrait cela.

On aime moins :

  • Il manque quelque innovation à la base de ce dispositif pour pouvoir s’en extasier. La communication de l’information est un process qui marche, c’est testé et vérifié, mais loin d’être unique !
  • Une URL pas toujours simple à retenir : www.e-cancer.fr/cancer-info/ et une interface très (trop) complète. Un joli labyrinthe à Mammouth, si celui-ci ne veut pas faire d’efforts pour se repérer, le paresseux ! (tiens, une nouvelle empreinte de pas révélatrice d’une passage d’un mammouth géant sur le Blogule…)
  • Peu de partenariats pour cette initiative

Les dates-clefs des opérations contre le cancer

Quand on parle de dates-clefs pour l’information sur le cancer, on pense beaucoup à Octobre et Octobre Rose, pour le mois du cancer du sein. Le mois bleu existe également, comme me l’a appris Catherine, blogueuse engagée. Il y aurait aussi une semaine nationale de lutte contre le cancer. Mois, semaine, journée… Mammouth géant ? Maaaaa-mmouuuth ? Où es tu ?

Le 4 février, c’est la journée mondiale de lutte contre le cancer. Pour cette occasion a également été présenté l’édition 2011 du site « Le grand direct des chercheurs » par l’ARC, Association de recherche contre le cancer. Un site très intéressant dans la démarche d’information des patients, qui peuvent accéder en direct au dialogue avec des chercheurs. (agence : the desk)

Alors l’information sans erreur du patient ? Plus d’informations sur le web, plus de sources officielles, mais aussi plus de cacophonie…Et ça, ce peut aussi être une erreur ! Mais contre ce penchant, je recommande un travail de curation comme Webicina.

Après publication de ce billet, je suis retombée sur le résumé du livre La relation médecins-malades : Information et mensonges à consulter !

1 commentaire

Classé dans Communication & RP, Web Santé

Il était une fois la Sécurité Sociale…

Il flotte dans l’air toute l’atmosphère de Noël, des soirées au coin du feu à conter des histoires… C’est peut-être la raison pour laquelle j’avais envie de parler d’histoire et d’histoires. Il y a quelques mois, je prenais connaissance avec le travail de Cécile Girardin et son intriguante « agence d’écriture ». Entre autres projets passionnés et passionnants (création d’un jeu de l’oie géant, écritures de livres,contes et pièces de théâtre), Cécile a travaillé sur un Storytelling pour la Caisse Primaire d’Assurance Maladie des Deux-Sèvres (Niort).

C’est une initiative de la CPAM que je trouve très intéressante, car c’est ce fil narratif dont les assurés, les citoyens ont besoin pour s’approprier le système et le faire leur. L’interview de Cécile, conceptrice-rédactrice, auteure, directeur artistique, est à ce sujet très engageante… Alors, quelle histoire pour la santé ?

Pour en savoir plus sur cette initiative : lisez la 4e de couverture du livre à paraître…

A trop raconter des histoires, n’oubliez pas de nous raconter la vôtre. Qui êtes vous ? Comment nous expliqueriez-vous le métier de « raconteur d’histoire » ?

Je suis une historienne de l’art qui aime se balader dans les entreprises, aller à la rencontre des salariés et des patrons. J’aime qu’ils me racontent leur vie !

Non, sérieusement, je pense que les choses racontées ont plus d’impact que lorsqu’elles sont simplement énumérées. Le storytelling permet de donner du sens aux évènements. Je ne suis jamais loin de ma formation universitaire d’historienne : le contexte de l’information est important. Mais j’ai cette fantaisie et ce souci du lecteur qui me pousse à tendre vers une écriture dynamique et évocatrice des faits. Un exemple. Le discours des vœux d’un PDG fait partie de mes « sources ». Or redonner dans le livre le texte tel qu’il est n’a pour moi aucun intérêt, puisque tout le monde l’a déjà entendu, enfin pour ceux qui écoutaient… Si le patron parle des projets de l’année future, comme une construction par exemple, je préfère assister à la réunion avec l’architecte. L’impact est différent. Je concrétise les idées en me servant du quotidien de l’entreprise. Parler des idées sans les confronter à la réalité est contre productif. Tout l’intérêt de mes histoires est de lier le monde des idées à celui du terrain.

Vous avez entrepris un storytelling avec la CPAM de Niort… Qu’a-t-on à dire d’une CPAM ?

 

Assurance Maladie, ses valeurs dans un livret - crédit Eric Chauvet

La CPAM de Niort m’a commandé un livre à l’occasion d’un emménagement dans de nouveaux locaux. Comment la Sécurité Sociale s’était-elle installée en 1945 à Niort ? Que sait-on sur les Assurances Sociales en 1930 dans les Deux-Sèvres ? Et avant ces lois, quelle était l’action de l’État en matière de santé ? Mais, encore une fois, au-delà des lois, des faits, comment les choses se sont-elles mises en place sur le terrain ? Une entreprise est faite d’hommes et de femmes, de salariés, d’élus. Qu’ont-ils fait à Niort pour concrétiser cette loi ? Le travail d’historien est considérable, des jours et des jours à lire les délibérations des conseils d’administration de la caisse, à croiser ces informations avec les mutuelles en place… sur le plan local et départemental. Un travail aussi de « journaliste » auprès des salariés d’aujourd’hui et d’hier pour comprendre le sens qu’ils donnent, donnaient à leur mission.

Qu’avez-vous aimé dans ce projet ?

Je suis toujours surprise de l’accueil que l’on me réserve dans les services. Les patrons, directeurs, salariés… ont envie de me parler, ils ont beaucoup de choses à dire sur leur travail, leur mission. Ils y réfléchissent plus qu’il n’y paraît et cela est plutôt une bonne nouvelle ! Et quel enrichissement personnel ! Je l’avoue facilement, le monde de la santé n’était pas un sujet historique que je maîtrisais. Mais j’aime rentrer dans le vif du sujet par une immersion totale, comme une plongée dans les archives ou dans les services. Et puis, après, j’ai l’impression de tricoter, de relier les informations les unes aux autres.

 

Pour vous, de quelle histoire devrait-on égayer le monde de la santé ?

Je crois qu’il manque une histoire simple de la santé ! Le système est complexe et on s’y perd. À tel point que j’ai pu entendre de la part d’assurés que « la Sécu c’est gratuit ! » Remarquez, cet assuré-là, je pourrais le suivre dans sa découverte d’une caisse primaire…

J’ai connu votre travail via un tweet lors de la conférence Health 2.0 Europe. A votre avis, quel fil lie la Sécurité Sociale à ses débuts et aujourd’hui le tournant 2.0 qui s’amorçe ?

En 1945, les conseils d’administration étaient composés pour 2/3 de représentants des salariés et pour 1/3 des représentants des employeurs. En 1947, le 24 avril, ont lieu les premières élections à la Sécurité sociale. Le projet politique ambitionnait la gestion des caisses par les intéressés eux-mêmes. En 2010, je me demande si le Web 2.0 ne peut pas rendre les assurés « intéressés » ?! Soixante-cinq ans ont passé et on mesure l’écart entre « l’instrument de solidarité » (selon une expression de Pierre Laroque, directeur général de la Sécurité sociale de 1944-1951) et notre accoutumance détachée à la formule souvent répétée depuis 1963, « trou de la Sécu ». Le Web 2.0 a cette capacité de mobiliser, de créer du lien, de redonner du sens et d’adopter un ton nouveau. À votre question, quel fil lie ? J’aimerais bien répondre les « intéressés eux-mêmes ».

Et pour nous enchanter un peu, quelle est la mission la plus sympathique que vous avez accompli en storytelling ?

Dans mes propos, j’ai associé le storytelling à l’entreprise, or on m’a demandé de donner une âme à une marionnette géante que des artistes s’apprêtaient à fabriquer pour un quartier défavorisé. J’ai écrit un conte et cette marionnette existe depuis deux ans maintenant, elle s’appelle Galuchette. J’ai travaillé avec un illustrateur pour éditer le livre de conte. J’ai raconté le quartier à travers elle. Elle est aujourd’hui la mascotte du quartier…

<>

Merci  beaucoup Cécile pour cette interview, et très beaux projets pour la suite de votre agence d’écriture ! Chers lecteurs, je vous conseille de lire son site et ses travaux, qui moi me font envie, m’enchantent même et me prêtent à rêver…

http://www.cecile-girardin.fr/

Ce que j’ai aimé : « je suis toujours surprise de l’accueil que l’on me réserve dans les services. Les patrons, directeurs, salariés… ont envie de me parler, ils ont beaucoup de choses à dire sur leur travail, leur mission. Ils y réfléchissent plus qu’il n’y paraît et cela est plutôt une bonne nouvelle ! Et quel enrichissement personnel ! Je l’avoue facilement, le monde de la santé n’était pas un sujet historique que je maîtrisais. Mais j’aime rentrer dans le vif du sujet par une immersion totale, comme une plongée dans les archives ou dans les services. Et puis, après, j’ai l’impression de tricoter, de relier les informations les unes aux autres.
Sécurité sociale et web 2.0  :  en 1945, les conseils d’administration étaient composés pour 2/3 de représentants des salariés et pour 1/3 des représentants des employeurs. En 1947, le 24 avril, ont lieu les premières élections à la Sécurité sociale. Le projet politique ambitionnait la gestion des caisses par les intéressés eux-mêmes. En 2010, je me demande si le Web 2.0 ne peut pas rendre les assurés « intéressés » ?! Soixante-cinq ans ont passé et on mesure l’écart entre « l’instrument de solidarité » (selon une expression de Pierre Laroque, directeur général de la Sécurité sociale de 1944-1951) et notre accoutumance détachée à la formule souvent répétée depuis 1963, « trou de la Sécu ». Le Web 2.0 a cette capacité de mobiliser, de créer du lien, de redonner du sens et d’adopter un ton nouveau. À votre question, quel fil lie ? J’aimerais bien répondre les « intéressés eux-mêmes ».

1 commentaire

Classé dans Communication & RP, Maux qui parlent et mots qui soignent

Hommage…

C’est en fin de semaine dernière que l’annonce de la liquidation de CB News se faisait connaître (voir l’article du Monde, au hasard parmi d’autres). C’est un magazine que j’ai rapidement apprécié, dès mes premiers pas dans la Communication, très vite renforcé par l’attachement à la newsletter quotidienne. Cette annonce attriste de nombreux professionnels du secteur (lire CBad News), et je voulais rajouter ma petite couche dans la nostalgie commune… Consciente du retard du Blogule, j’ai souvent tenté de le remettre à la page, et ai enregistré de nombreux brouillons incomplets dans ses articles. Voici ce que j’écrivais le 24 octobre, à propos de la mine d’informations qu’apportait le CB Santé :

Après quelques temps de mutisme absolument involontaire, je profite d’un voyage en train pour souffler un peu et partager quelques idées. Souffler un peu, c’est l’occasion de lire quelques titres de presse un peu délaissés dernièrement. Et notamment le n4 du CB Santé, paru ce lundi.

Depuis son lancement il y a un peu plus d’un an, j’essaie souvent de tweeter, soit sa date de parution, soit à sa sortie les articles qui m’intéressent particulièrement. En effet, la communication Santé reste une niche et trouver un support, un blog ou une revue spécifique à ce domaine mérite d’être salué. Merci donc CB !

Orienté B2B, j’y puise information, inspiration, cas d’étude, mouvements du secteur et noms de prestataires. Dans cette édition, il y avait beaucoup à apprendre :

  • Pas de prix empreinte cette année, le prochain sera pour le 21 mars 2011
  • Un article sur les Relations Presse dans la Santé
  • Un dossier nutrition
  • et beaucoup d’informations qui ne sont pas 100 % nouvelles (primeur au web – temps réel ! sur ce plan, un format long terme n’est pas aidant), mais auxquelles j’avais prêté une certaine attention : le leaflet de l’Afipa, la campagne d’affichage de l’ASIP Santé, la création de l’agence Viscéral, …

Je regrette simplement que CB ne prenne pas plus souvent position. Pour nous donner son jugement sur les bonnes et les mauvaises idées de communication, sur les créa, les opérations, etc…

Les difficultés financières que traverse CB News, largement médiatisées, ne vous auront certainement pas échappé. Pourtant, de nombreux communicants ou marketteurs seraient déçus de ne plus avoir accès à cette publication qui leur est dédiée. La revue continue de paraitre, mais on note vite que les difficultés continuent. Sur 10 pages de pub prévues, 3 déjà concernent CB. Rattrapage d’invendus ou prévision initiale ? Prestataires, agences, media, congrès, outils, avez vous coupé votre budget pub ? Ou est ce notre marché qui attire peu ? On vous attend en tous les cas sur ce segment !

Qu’ajouter à ces quelques notes ? Un grand merci à toute la rédaction de CB, plein de bons voeux pour… la suite, quelle qu’elle soit pour chacun (mais que l’on vous souhaite pleine d’opportunités), spécialement pour Fabienne Colin et ses multiples photos toujours différentes et drôles à chaque nouvel édito !

Poster un commentaire

Classé dans Communication & RP, Presse & Médias Santé