Archives de Tag: Twitter

Les listes du lundi : Twitteur, pourquoi je te (dé)follow

Le lundi annonce une semaine bien difficile. Ecrasés sous la tâche des choses à faire, la semaine parait longue (mais non moins sympathique !). Et pour ne rien oublier, comme tous, on fait des listes. La To-do liste, pour les hypes du vocabulaire franglais. Les listes de choses à faire, de choses drôles, de choses qui nous attendent, les listes de principes, les listes d’idées… Et la liste du lundi.

<>

Lundi 27 septembre 2010Twitteur, pourquoi je te « follow »

Cher Twitteur (que je préfère au « twitto »), quelles sont les raisons pour lesquelles je clique sur ce bouton « Follow » pour m’abonner à ton fil Twitter ? Une bonne raison de listes, et indirectement une liste de points à améliorer pour mettre en valeur votre profil Twitter…

  • Je te connais, et que j’apprécie ce que tu fais
  • Tu es un ami
  • Diplomatiquement, je ne peux pas nepastesuivre
  • Tu es une personnalité, ou une Twitter-star
  • Tu m’as été recommandé
  • Ta biographie m’intéresse, ou sinon m’intrigue
  • Nous avons les mêmes intérêts
  • Tes tweets précédents sont intéressants
  • Je voudrais tester un peu plus longtemps ce que tu dis
  • Nous avons déjà échangé quelques tweets, mentions et/ou DM
  • J’ai vu plusieurs RTs de tes tweets qui m’intéressent
Mais cette liste serait incomplète sans la suivante :

Lundi 27 septembre 2010Twitteur, pourquoi je ne te « follow » pas

Note bien, cher Twitteur, que 90 % de cette liste ne concerne que ta présentation… Il est donc facilement possible d’améliorer cet état de fait !

  • Ton profil est incomplet (nom, photo ou site web)
  • Tu n’as pas de biographie
  • Tes tweets sont protégés, et je ne sais donc pas à propos de quoi tu tweetes
  • Ou tes tweets ne m’apportent aucune information nécessaire
  • Nos intérêts sont trop divergents
  • Une différence inconsidérée entre tes abonnements et tes abonnés
  • Excessivement peu de tweets, peu actualisés
  • Tu es un serial-RTeur, et apporte donc peu d’informations toi-même
  • Je ne peux hélas pas suivre tous les twitteurs. Snobisme ? Peut-être. Sélection de l’info en tous les cas.

Sur cette liste, je vous souhaite une très belle semaine.

Listement vôtre,

le Blogule rouge

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Deux POINT Zéro, Les listes du lundi

Les listes du lundi : l’hôpital dans la twittosphère

Le lundi annonce une semaine bien difficile. Ecrasés sous la tâche des choses à faire, la semaine parait longue (mais non moins sympathique !). Et pour ne rien oublier, comme tous, on fait des listes. La To-do liste, pour les hypes du vocabulaire franglais. Les listes de choses à faire, de choses drôles, de choses qui nous attendent, les listes de principes, les listes d’idées… Et la liste du lundi.

<>

Lundi 13 septembreQue se dit-il sur l’hôpital dans la Twittosphère ?

Sur Twitter, j’ai ouvert une recherche temps réel sur différents mots-clefs. Voici un petit résumé sur ce qui se dit sur l’hôpital (car les résultats sont plus drôles que le mot-clef « santé » !) :

  • Finalement, assez peu de personnel hospitalier (infirmière, interne, etc) sur leur vie à l’hôpital
  • Les attentes exprimées des professionnels de la santé sont plutôt rares
  • Les liens de fils twitter spécialisés (Hopital.fr, Hospimedia, etc.)
  • Le twitto qui tient à annoncer à tous son départ pour l’hôpital, personnel ou de visite : une recherche de compassion, mais souvent juste une information terminé par l’essence de cette information cruciale : « mais pas grave »
  • … ou son retour de l’hôpital !
  • Des messages de compassion pour les amis / la famille, malades, du twitterer.
  • Quelques actus. Dernièrement par exemple, les cas d’empoisonnement des infirmières via leur café.
  • Beaucoup de foursquare. Hé oui, je deviens une pro pour situer les hôpitaux de tous les cantons de france et de navarre (surtout de navarre…)

Mais aussi :

  • Les dernières nouvelles people : « Céline Dion en danger à l’hôpital ?«  si,si…
  • Régulièrement, l’expression « c’est l’hôpital qui se fout de la charité » (ou ma variante perso : c’est la clinique qui se moque de l’hôpital…)
  • Et quelques offres d’emploi…

<>

Sur cette liste, je vous souhaite une très belle semaine.

Listement vôtre,

le Blogule rouge

Poster un commentaire

Classé dans Les listes du lundi, Web Santé

A quoi je sers ? Des blogosphères santé sur la Toile

Ceci n’est pas une interrogation métaphysique. Non, non, je vous jure ! Sinon je vous aurais partagé un Youtube de Goldman et basta… La question pourrait se décliner ainsi :

A quoi sert le Blogule rouge ? A quoi sert l’internet santé ? C’est la question fort intéressante qu’a posé La Fondation Roche pour la voix des patients : « Comment Internet peut-il contribuer à sensibiliser les politiques et l’opinion publique sur les maladies chroniques ? ». Evidemment la question m’intéresse beaucoup !

Ce billet est la suite de la présentation de l’opération La voix des patients par Roche (2/2)

<>

Les communautés d’e-patients : présentation et admiration. Un avantage certain du 2.0, c’est le développement de nouveaux modes de dialogues, de mises en relation et d’intégration pour les internautes, et dans ce cadre pour les patients. Blogs, réseaux sociaux, chaînes YouTube, échanges d’informations… C’est l’occasion de créer de nouvelles communautés de patients virtuelles, et d’entrer en contact avec du personnel soignant ou d’autres patients. Pourquoi ? D’une part pour chercher de l’information et d’autre part, pour partager de la compassion (1). Echanger, témoigner, apprendre d’une expérience et en partager une autre. Exorciser, peut être, aussi. Gilles Klein, qui partage sur son blog personnel l’avancée du cancer de sa fille, avoue utiliser ce blog pour « témoigner de des impacts sociaux de la maladie face à ceux qui ont peur, ceux qui ne savent pas quoi dire ». Partager son expérience intime de patient, c’est un équilibre fragile entre voyeurisme, intimité et respect que j’admire toujours.

Une des communautés composantes de la blogosphère santé, parcellée. Je crois très fort au pouvoir de la blogosphère pour développer ces sujets. Il ne s’agit pas d’influence, mais que tous puissent prendre la plume, et s’ils ne l’osent, que d’autres puissent partager pour eux également. Ecrire un commentaire peut être plus facile qu’écrire un article complet. Le problème de la blogosphère, c’est qu’elle est très segmentée et parfois peu visible. Il existe une blogosphère de patients (souvenez-vous de cette initiative de la maison du cancer), une blogosphère de professionnels de santé, une blogosphère d’experts de l’e-santé… Et dans chacune, nous nous parlons entre nous. Je ne trouve pas qu’il y ait beaucoup d’interactions entre elles,à part quelques exceptions.

Dépasser la blogosphère santé. Autre question, peut-on dépasser ces sphères pour se faire connaître dans les autres blogosphère ? Malheureusement, le poids des blogosphères santé n’est pas assez important face à celui de la mode, ou du marketing, qui se targue d’influence. Chacune de leurs prises de paroles sur le sujet semble être une vraie dé couverte, même si elle est une petite victoire pour nous. J’ai déjà relevé deux exemples sur twitter : le relais par @mryemery, blogueur dit « influent », d’un billet sur la maladie de Crohn (ici), ou la découverte par @GrandNicolas d’un blog de médecin (ici). Pourtant, cela intrigue le « découvreur », et pas forcément pour le plus mal ainsi que le montre cette note. Le blog de MDA était une fenêtre entre ces deux univers.

Donc, à mon humble avis, comment Internet peut-il contribuer à sensibiliser les politiques et l’opinion publique sur les maladies chroniques ?

  • Assister les patients blogueurs. Pour les laboratoires, il n’est pas insensé d’imaginer une prise de contact avec les patients blogueurs, dans les limites évidentes de l’éthique, de la législation et de l’humanité, étant donnée la sensibilité du sujet. (Nota : je n’ai pas dit « envoyer un bête communiqué ») Certain blogueur, en narrant une présentation personnelle de JNJ ou de XXX, ajoute avoir apprécié cette initiative. C’est un point de grande importance dans le community management médical (bientôt sur vos écrans du Blogule).
  • Développer les connexions entre les blogosphères santé. Blogueurs de tous pays, unissez-vous… Trêve d’appels aux armes, il s’agit dans cet appel de s’échanger des adresses de blogs, des Googlards (©Jaddo), des trucs et astuces, des coups de gueules et des coups de coeur. En allant plus loin que des réunions « Santé 2.0 », pourquoi ne pas imaginer la déclinaison santé d’un apéro blogueurs, ie sans que celui-ci soit orchestré pour une marque ou fasse l’objet d’une préselection. Nous avons beaucoup à échanger ensemble, et apprendre de nos pratiques et visions, avec pour priorité une meilleure connaissance de la composition du monde de la santé, qui regroupe de nombreuses professions et des intérêts très variés. Limite sensible de cette mise en contact : ne pas tomber dans l’écueil de « consultations » mèdecins/patients. En bref : patients blogueurs ou autres blogosphèriens, n’hésitez pas à me laisser un mail. Je serais déçue de vous avoir livré cette page de « marketing médical » et de vous laisser la quitter sans avoir discuté avec vous de son intérêt à vos yeux. :-)
  • Ouvrir les yeux de la blogosphère « influente » et en captant d’autres leader d’opinions. Je serais fière et honorée que ce blog y contribue. Certes, seul c’est une utopie. Après, comment ? En s’intégrant dans des groupes de blogueurs locaux, en créant des évènements, en animant un contenu « sympa et interactif » qui attire, … Sans perdre une identité et une unité (que j’espère alors créée), ni tomber dans le voyeurisme ou l’anxiogène.
  • Quant aux politiques… j’avoue que par le web, à part quelques pseudo avant-gardistes de la classe, je sèche. Leur envoyer une note ? Passer par leur attaché parlementaire ?
  • C’est avec du poids, et du poids seulement que l’on pourra ouvrir les yeux de l’opinion publique « internaute » et de la sphère politique. Avec des blogs très VUs et lus, avec des relais, avec des évènements hors ligne et des nouveautés.

Deux derniers écueils de cette politisation des blogosphères santé : savoir quel problématique prioriser, mais plus encore, savoir si c’est ce que nous voulons… Quoi qu’il en soit, merci à tous ceux qui nous aideraient à nous faire entendre !

Et pour revenir au titre et à l’utilité du Blogule rouge, il avait plutôt pour vocation de s’interroger sur la communication en santé et son évolution parallèle au développement des communications sociales. J’espère que vous avez trouvé son utilité, sinon que vous prenez plaisir à le lire !

</>

(1) Ces deux points sont développés de façon très intéressante dans le livre de Philippe Eveillard Ethique de l’internet santé (malheureusement plus très actuel).

2 Commentaires

Classé dans Blogteurs, Web Santé

Les listes du lundi : une liste poilante

Le lundi annonce une semaine bien difficile. Ecrasés sous la tâche des choses à faire, la semaine parait longue (mais non moins sympathique !). Et pour ne rien oublier, comme tous, on fait des listes. La To-do liste, pour les hypes du vocabulaire franglais. Les listes de choses à faire, de choses drôles, de choses qui nous attendent, les listes de principes, les listes d’idées… Et la liste du lundi.

<>

Lundi 6 septembre 2010Pyramide de rires en ordre croissant

Parce que, vous, je ne sais pas, mais moi je suis un peu perdue dans les conversations de jeunes. Alors remettons les points sur les i – et traduisons !

  • =)
  • :-)))
  • :-D
  • LOL : laughing out loud
  • MDR : mort(e) de rire. Ici nous entamons trois expressions plus familières
  • PTDR : pété(e) de rire
  • EXPTDR : explosé(e) de rire
  • ROFL : rolling on the flour laughing. Qui est peut être trop élaborée pour être aussi familière que les précédentes…
  • Il existe de véritables controverses pour savoir à qui revient la place en tête de la pyramide. IMHO, il s’agit de OMFG XPTDR > ROFL ;-)

Bon, tout ça me donne juste envie de dire… #WTF ?!

<>

Sur cette liste, je vous souhaite une très belle semaine.

Listement vôtre,

le Blogule rouge

4 Commentaires

Classé dans Les listes du lundi

La communauté #hcsmeufr : hick some QUOI ?

(English version below)

Nota : pour ceux qui ont passé quelques secondes de plus sur le titre, ne vous interrogez pas trop longtemps. Ce drôle de mot se prononce [hick some you F.R.].

Familiers de Twitter, vous n’êtes certainement pas sans avoir croisé cet étrange et imprononçable acronyme #hcsmeu. Ce hashtag (thème de discussion), qui signifie Healthcare Social Media Europe, regroupe plus de 300 participants européens, professionnels du secteur de la santé et du digital, qui se lient pour développer l’usage et la plus-value du web social dans les secteurs pharma & santé.

Je suis très attachée à cette communauté issue de l’initiative d’Andrew et de Silja, qui m’a énormément appris sur le secteur, et m’a beaucoup apporté en termes de confiance, cherchant mon premier emploi et les suivants. Très reconnaissante également, et toujours bluffée par l’énergie et l’enthousiasme qu’elle porte. Cette communauté professionnelle à la base, a tissé des vrais liens, partageant les mêmes rêves, des expériences similaires, heureux d’apprendre les uns des autres, et souhaitant ensemble un même but social pour la santé.  Mais point d’apitoiement, la communauté est un thème joyeux que le Blogule reprendra bien volontiers !

C’est à l’occasion du premier anniversaire de #hcsmeu vendredi 6 août, que les fondements d’une communauté #hcsmeufr , soit  la déclinaison en France de la communauté européenne ont été proposés. Ce sous-groupe français devrait permettre plus de participation, puisqu’il renverse la barrière de langue anglaise, et s’adapte aux exemples et à la législation française. Bref, un tweet-up qui sent les grandes tablées, le fromage (ou la pâtisserie chocolatée) et le grand cru, et les très longues discussions sur le secteur !

Quelques mots de définition sur #hcsmeufr :

Ce think tank (groupe de réflexion) est défini pour les réseaux sociaux et le web 2.0, cet angle plus aigu étant la principale différence d’avec son cousin #health20fr. Ainsi les deux rencontres, complémentaires, peuvent se nourrir l’une de l’autre sans s’effacer. Le think tank est très présent en ligne et possède :

Mais que serait un groupe de réflexion sans rencontre ? Des tweet-ups mensuels (le premier mercredi du mois) et des rencontres IRL trimestrielles sont prévues pour pouvoir échanger. Tous les détails pratiques sont à consulter ici, sur la première page du wiki : date, mode d’emploi, liens, etc. N’hésitez

Cette communauté est la vôtre. #hcsmeufr évoluera et s’améliorera avec vos idées, vos améliorations, vos usages, et vos questions. Un immense merci de votre soutien, de votre suivi, et de votre présence vendredi ! So… come and join the conversation !

Dear Reader, if you are familiar to Twitter,  you are not certainly without having crossed this strange and unpronounceable acronym #hcsmeu. This hashtag (theme of conversation), which means Healthcare Social Media Europe, gathers more than 300 European participants, professionals of the healthcare and digital sector, who are bound to develop the custom and the benefits of social Web in pharma and health sectors.

I am very attached to this community launched by Andrew and Silja, which taught me a lot on the sector, and gave me so much confidence, as I was looking for my first employment – and the following ones. Very grateful also, and always fooled by the energy and the enthusiasm it arouses. This professional community also formed sincere bonds, by sharing the same dreams, similar experiences, happiness to learn from others, and hoping for the same social purpose for Healthcare. But no tears, the community is a joyful theme, that the Blogule will soon develop more!

On the first #hcsmeu birthday Friday August 6th, were introduced the foundations of the #hcsmeufr community, french subgrup of the European community. The French tweet-up should allow more national participation, as it arises the barrier of language, and adapts itself to national examples and legislation. Shortly, I feel this tweet-up will gather numerous guests in front of a Grand Cru, some good cheese (or chocolate. I prefere chocolate), and very long discussions about the sector!

An attempt of definition of #hcsmeufr :
This think tank is about social networks, Web 2.0 and Healthcare, its main difference with its cousin #health20fr. So both meetings, complementary, can feed each other one without fading. As for its online presence, #hcmseufr has :

But what would a think tank look like without meeting? Monthly tweet-ups and quarterly IRL meetings are planned to be able to exchange. All practical details are to be consulted on the wiki home page.

This community is yours.
#hcsmeufr will evolve and improve with your ideas, your critics, and your questions. A huge thank you for your support, your following, and your presence friday ! Alors… approchez et rejoignez la conversation !

3 Commentaires

Classé dans Deux POINT Zéro, Web Santé

J’ai fait un rêve : une conférence de presse santé interactive

Une légère disgression issue d’un esprit parfois tordu… et parti trèès loin pour mélanger une conférence de presse traditionnelle et des outils virtuels. Il ne s’agit pas d’un exercice de prospective, mais bien de ce qu’il serait possible de faire dès aujourd’hui, alors que nous savons que c’est un domaine somme toute assez peu 2.0-freak. Même si la visée est beaucoup moins louable que MLK, j’ai fait le rêve de m’adresser, même en santé, à une presse connectée…

Une conférence de presse interactive en santé : possible ? pas possible ? Perchons-nous.

Pour qui ?

L’information en santé (ou d’autres secteurs) apportée aux journalistes ne manque pas. Au tri des communiqués s’ajoute une veille proactive off et online. Beaucoup de journalistes, par curiosité ou dans un véritable but de veille, sont abonnés à de nombreux fils d’informations, réseaux, flux, réseaux,… C’est bien connu, ces fils sont souvent parcourus, mais peu lus faute de temps (mais on y jette tout de même un coup d’oeil, histoire de savoir ce qui se dit) ou de compréhension de ces outils. Dans ce cadre d’utilisation, il est difficile de connaître d’autres usages à cette présence web.

Ma stratégie cherche à la fois à amuser des utilisateurs du web, tout en conservant un côté pédagogique et très simple d’utilisation pour les récents adopteurs, grâce à la présence d’une page sur le site institutionnel qui rassemble en un clic toutes les présences en ligne de l’évènement, avec évidemment un onglet « partager cette information ».

Avec quels outils ?

En amont, préparer une conférence de presse version 2.0

– Un dossier de presse hébergé en ligne, éventuellement sur une salle de presse multimédia, dont le lien figure dans un mail « traditionnel ». Il est agrémenté d’hyperlinks, et propose visuels et vidéo. Pourquoi ne pas imaginer aussi une application  Iphone/Ipad pour le télécharger et le lire facilement ? Celle-ci mettrait bien en avant la carte de visite et téléphone de l’attaché(e) de presse et les adresse et date de la conférence de presse.

– L’évènement est ou peut être annoncé sur Meetup et Facebook.

– Une double exclusivité négociée auparavant, partagée entre un journal papier et un blog (éventuellement un site de santé)

Une interactivité dominante durant la conférence

– A peine arrivé, ou sur le chemin, je me connecte sur Foursquare / Yelp ou un autre service de géolocalisation. Le lieu et quelques « tips » ont été débloqués précédemment, et permettent aux attachés de presse de suivre les journalistes présents.

– Une présentation prezi pour impressioner l’auditoire…

– La conférence devient un webinar, avec un vidéostream live. Mais pour ne pas pénaliser les présents, tout un kit spécial autour du DP et de la présence en ligne est à distribuer.

– Grâce à un live tweet et un hashtag spécifique, des journalistes non présents mais qui suivent la présentation peuvent interagir et poser leurs questions.

– A ces discussions en ligne participe le community manager de l’organisation hôte, via foursquare, twitter, facebook, …). Il résume la conférence, développe l’audience, remercie les participants et répond à certains questions en direct.

Consolider le lien en aval de la conférence

– Afin de compléter le sujet, des questions additionnelles peuvent être posées via formspring.me au rhéteur de la conférence ou contact ad hoc.

– Un Pressbook, animé avec Pearltrees, qui comprend également le DP et autres sources en amont de la conférence, l’idée étant de compléter les liens existant sur le sujet de la conférence.

– Un hub de journalistes et attachés de presse ayant suivi la conférence, intéressés par l’information dévoilée, sur les réseaux sociaux.

//

Tout cela est bien joli, mais dans quel objectif ?

Numéraire : Ce type de valorisation d’un dossier et d’une conférence de presse peut faire espérer gagner plus de retombées, tout en restant conscient que le développement 2.0 n’efface pas la problématique de la conférence. Dans ce cadre, le sujet est très important. Il se prête particulièrement pour lancer la présence en ligne (site, réseaux sociaux, etc) de l’organisation.

Enjeu de mémoire : Le caractère exceptionnel permet une plus grande longévité des idées des journalistes sur le sujets.

Taille du public : Surtout, ce type d’action et de sponsoring permet de favoriser le suivi de la conférence de presse, alors que les journalistes sursollicités rêvent d’un don d’ubiquité…

Image : Appuyer le rôle de « passeur d’information » des attaché(e)s de presse

Investissement : Il développe l’engagement des participants avec la conférence, à charge pour le community manager de profiter de cette nouvelle communauté.

Cependant, et bien évidemment, il faut prévoir un plan de crise spécial Social media. Car qui dit multiplication des prises de paroles et réactions dit aussi multiplication des prises de risques.  C’est toujours un pari !

5 Commentaires

Classé dans Deux POINT Zéro, Presse & Médias Santé

Les listes du lundi : Analyse de 140 caractères

Le lundi annonce une semaine bien difficile. Ecrasés sous la tâche des choses à faire, la semaine parait longue (mais non moins sympathique !). Et pour ne rien oublier, comme tous, on fait des listes. La To-do liste, pour les hypes du vocabulaire franglais. Les listes de choses à faire, de choses drôles, de choses qui nous attendent, les listes de principes, les listes d’idées… Et la liste du lundi.

<>

Lundi 19 juillet 2010 – Qu’est-ce qu’un tweet ? Analyse par fragments de ces 140 caractères.

Dis moi comment sont formulés les tweets de ta timeline et je te dirais ce que tu lis :

  • L’expéditeur : évidemment dépositaire de sa propre crédibilité sur le sujet
  • Une mention, c’est à dire une réponse (message dont la mention @destinataire précéde le tweet), un message « privé » (le tweet se termine par « cc @destinataire »), un RT (redire ou re-tweeter ce qu’un autre a dit) ou une inspiration d’un tweet précédent (« via @quelqu’un »). A noter : le débat sur le « via ». Pour moi, il ne doit arriver que si seul le lien a été conservé, si le tweet est exactement similaire, c’est s’en approprier le ton, non… Dans le cas d’une mention, retrouver la discussion peut être ardue à moins d’un bon client tel Tweetdeck, Seesmic ou Hootsuite. On aime l’interaction et les débats, c’est le but des médias sociaux. Mais avouons-le : trop de messages pour une personne rendus publics tuent l’intérêt du twitterer, surtout quand le statut sent la « private joke » à plein nez… à moins d’une tentation voyeuriste !
  • Un lien : il est toujours plus intéressant de s’appuyer sur d’autres sources, ou des explications plus conséquentes
  • La taille du tweet : clair, court, concis, direct : on aime, et c’est plus facile à retweeter.
  • Le ton du tweet : donne-t-il juste le titre du sujet ? ou crée un « suspense » qui donne envie de cliquer ? S’amuse ou reste pro ? etc, etc.
  • La présence d’un hashtag : rattache le lien à une discussion,
  • La présence de plusieurs hashtags : ponctue soit un tweet exceptionnel, soit révélateur d’une autopromotion non dissumulée (à plus de 3 hashtags)
  • L’appartenance au trending topic : se voit par la présence du hashtag correspondant, eg :  #FF, #jeudiconfession, #MusicMonday #WTF ou plus évènementiel comme #quatremotsavantlamort et #paullepoulpe. Ca a le chic d’appartenir à l’air du temps… ou de prendre part au jeu !
  • L’autopromotion : énervant au plus haut point par son manque d’humilité. C’est le RT de son propre tweet par d’autres comptes que l’on administre, ou pire encore, le tweet d’un lien vers son site personnel depuis un compte que l’on administre mais ne porte pas notre nom. Toléré quand l’usage en est exceptionnel uniquement.

Sur cette liste, je vous souhaite une très belle semaine.

Listement vôtre,

le Blogule rouge

Poster un commentaire

Classé dans Deux POINT Zéro, Les listes du lundi