Art pharmaceutique

Je visitais cet après-midi l’exposition Collector du Tri Postal, et n’ai pas résisté à vous faire partager cette série d’oeuvres… Pour prolonger l’effet de surprise et la réflexion, je vous propose d’abord un voyage parmi les oeuvres comme visiteur lambda, et de lire ensuite le cartel de l’exposition.

Entracte : à quoi cela vous fait-il penser ?

Décryptage : De quoi s’agit-il ? Penchons nous sur le cartel et la muséographie.

Les toiles abstraites de Francis Baudevin sont le fruit d’une démarche stricte et immuable élaborée en 1987 : l’artiste sélectionne un motif d’emballage, de médicament le plus souvent, l’agrandit et supprime l’appareil textuel l’entourant. Le résultat est saisissant, ses toiles devenues motifs ne sont pourtant pas des abstractions. Francis Baudevin impose une distance critique et malicieuse sur le devenir de la peinture non figurative. [Source : cartel de l’exposition]

Alors, quand avez vous reconnu des emballages de produits pharmaceutiques ?

Certaines toiles laissent très vite reconnaître des packagings des médicaments. L’oeuvre témoigne de la pregnance  de ces marques sur notre esprit, via des outils marketing, dont le packaging n’est pas des moindres. Et l’entrée de ces codes dans le domaine artistique comme un cadre  référentiel renforce cette empreinte. Si l’artiste nous invite à prendre une distance critique sur l’objet et son usage, de nombreuses questions sont posées. Combien sommes nous exposés à ces médicaments, afin de nous permettre de les reconnaître ? Accepte-t-on leur représentation non maîtrisée en plein coeur d’une exposition ?

D’autre part, les produits pharmaceutiques se retrouvent dans une exposition critique de la société de consommation au même titre qu’une boîte de soupe ou qu’un contenu de poubelles ménagères. La consommation de médicaments, un vice conséquent à la société de surconsommation ? La présence d’un médicament comme une marque est lourde de signification quand la salle suivante présente le court-métrage oscarisé Logorama.

Poster un commentaire

Classé dans Brèves, Maux qui parlent et mots qui soignent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s